Redevance pour les TV et écrans : où en est-on ?

le
0

En France, il existe une contribution à l'audiovisuel public, appliquée aux contribuables possédant un téléviseur. Mais un élargissement aux écrans d'ordinateur ou aux tablettes est évoqué.

Contribution à l'audiovisuel public, pour les TV

La redevance audiovisuelle, aujourd'hui appelée contribution à l'audiovisuel public, est un impôt appliqué aux contribuables possédant un écran de télévision dans leur résidence principale. Les téléviseurs des résidences secondaires ne donnent pas lieu à une seconde imposition. Le nombre de téléviseurs dans un même logement ne modifie pas non plus le montant de la taxe. Cette contribution finance les différents organismes publics de télévision et de radio, c'est-à-dire France Télévision, Radio France, Arte-France, RFO, RFI et l'Institut National de l'Audiovisuel.

Une contribution élargie aux autres écrans ?

Aujourd'hui, la télévision et la radio peuvent être vues ou écoutées par différents biais et pas seulement via un téléviseur ou un poste de radio. Les ordinateurs, tablettes et smartphones, de plus en plus nombreux, permettent de profiter librement des programmes. C'est pourquoi la prise en compte de ces nouveaux écrans a été soulevée. François Hollande évoquait la possibilité d'une « assiette plus large et plus juste », fin 2014.

Maintien du statu quo

Le sujet est régulièrement évoqué depuis ces dernières années, mais le statu quo est maintenu. La contribution à l'audiovisuel public a été augmentée, à 137€ en métropole pour l'année 2016. L'impôt touchera seulement les téléviseurs et lecteurs ou lecteurs-enregistreurs de DVD équipés d'un tuner et d'un écran.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant