Red Star : la Ligue 2, c'est maintenant ?

le
0
Red Star : la Ligue 2, c'est maintenant ?
Red Star : la Ligue 2, c'est maintenant ?

À presque mi-parcours, le Red Star vient tout juste de monter sur la troisième marche du podium de National. In extremis, avec une belle manita infligée à Istres. Et même si l'équipe, qui monte en puissance doucement mais sûrement, est en passe de réaliser son objectif Ligue 2, la prudence est de mise.

5-0. Depuis 2011 et sa remontée en National (quitté pour la dernière fois en 2001), jamais le Red Star n'avait collé une manita à un club en championnat. C'est désormais chose faite depuis ce week-end, après avoir humilié le FC Istres à Parsemain. Grâce à cette victoire éclatante, le club audonien s'installe sur le podium de la troisième division française. Une première depuis la remontée, encore une fois. Aussi réjouissantes soient ces nouvelles, et alors que la trêve hivernale vient de sonner, le Red Star ne doit pas prendre pour acquis une possible montée en Ligue 2.
Comment j'ai détesté les maths, par le Red Star
D'abord, parce que le match face à Istres – avant-dernier du championnat avec dix points et qui en est désormais à treize matchs sans victoire – aurait pu être tout autre. À la 9e minute, Thinan avait vu son but refusé pour une faute de main. Et si les Audoniens en ont planté cinq, ils ont dû attendre la 53e minute pour débloquer la situation. Ensuite, parce que le club du 93, bien que troisième au classement, n'a pas toujours fait dans la victoire éclatante dans cet exercice 2014-15. Oui, il y a bien eu deux 3-0 collés respectivement à Épinal et Le Poiré-sur-Vie. Mais lors de la quinzième journée, par exemple, les Vert et Blanc avaient éprouvé toutes les peines du monde à battre Dunkerque, délivrés en toute fin de match, à la 82e minute, par l'arrière latéral gauche – et trublion du vestiaire – Ielsch.

Issue similaire plus tôt dans la saison face à Colomiers avec un but salvateur de Makhedjouf, alors que les banlieusards toulousains étaient à dix pendant toute la seconde mi-temps. Enfin, parce qu'à chaque fois que le Red Star a collé une branlée à un adversaire, le destin s'est chargé de remettre les comptes à zéro comme il faut. C'est mathématique. En 2011, les gars du 93 avaient battu le PFC 4-0. Puis, les journées suivantes, s'étaient fait étriller par Épinal, puis Niort (3-0, 4-0). En 2012, Cherbourg, battu 3-0, avait été vengé par Boulogne 5-0 par la suite. Quant à Uzès-Pont-du-Gard, le 3-0 qu'ils avaient pris en 2013 avait été annihilé par un 3-2 mis aux Vert et Blanc par Fréjus-Saint-Raphaël. CQFD. La trêve arrive donc à point nommé pour des Audoniens qui auront bien besoin de dinde de Noël et d'une grosse caisse au Réveillon, puis d'un 32e de Coupe de France face à Arles-Avignon, pour conjurer le sort face à Fréjus-Saint-Raphaël, le 9 janvier prochain.



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant