Red Star, l'exil lui va bien

le
0
Red Star, l'exil lui va bien
Red Star, l'exil lui va bien

Logé à Beauvais depuis le début de la saison, le Red Star peine à attirer les foules dans sa maison d'adoption. Mais sur le terrain, les feux sont au vert : à la mi-championnat, les hommes de Rui Almeida pointent à hauteur de la troisième place. Si près, si loin d'une remontée historique, quarante ans après.

"Brisson, c'est l'ASBO, le Red Star, c'est Saint-Ouen." Depuis quelques jours, c'est ce genre de messages qui fleurissent sur des stickers collés dans le centre-ville de Beauvais. Encore un coup des supporters audoniens pour protester contre la délocalisation de leur club de Saint-Ouen vers le stade Pierre-Brisson de la cité picarde ? Même pas. La campagne est à l'initiative des ultras beauvaisiens, dont l'équipe évolue en CFA 2, et partage depuis cette saison son enceinte avec le club audonien, contraint pour sa part de déménager en attendant la rénovation (pour bientôt ?) de Bauer. Le symbole d'une situation paradoxale.

Pire affluence du championnat


Quand, l'année passée, le décrépit mais chaleureux stade Bauer sonnait comme l'une des plus belles ambiances de National, cette saison, le Red Star évolue dans une enceinte qui sonne creux - avec 1 490 spectateurs de moyenne (moins qu'à Bauer) sur plus de 10 000 places disponibles dont 6 600 places assises - et présente même la plus faible affluence de Ligue 2. Parce qu'"il n'y a que Bauer", les plus fervents supporters audoniens refusent de venir à Beauvais, quand la distance (78 km de route entre les deux villes) et le manque d'ambiance achèvent de décourager les autres. Résultat : les chants audoniens se font plus entendre à l'extérieur, comme lors du derby francilien remporté face au Paris FC (0-1, 14e journée), où 400 supporters garnissaient le parcage visiteurs de Charléty le 7 novembre dernier, en plein été indien.

Youtube
Sauf que, même en jouant ses matchs à domicile dans une atmosphère tronquée, le promu s'en tire bien. Très bien, même. À la trêve, le Red Star, cinquième, compte 31 points, à égalité avec Clermont, troisième du classement. À l'issue du match nul (0-0) obtenu sur la pelouse de Dijon, lors de la 19e journée, le discret entraîneur, Rui Almeida, se félicitait de ces résultats dans l'objectif de " stabilisation du club en Ligue 2 ". Pas flamboyant, la formation du technicien portugais a le mérite d'être solide -…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant