Red Bull-Renault : Webber submergé par l'émotion en montant dans sa monoplace

le
0
Red Bull-Renault : Webber submergé par l'émotion en montant dans sa monoplace
Red Bull-Renault : Webber submergé par l'émotion en montant dans sa monoplace

Après avoir couvert le tour de décélération sans casque histoire de profiter pleinement de l'instant, Mark Webber (37 ans) a indiqué après la course, en conférence de presse, qu'il a été submergé par l'émotion avant le départ. « C'était bien d'enlever le casque pour mon dernier tour car dans ce sport, ce n'est pas toujours possible d'apporter une touche personnelle. On a toujours le casque sur la tête, donc c'était agréable de l'enlever pour voir les commissaires de course et les fans, une jolie expérience. J'ai entendu beaucoup de bruits qu'en général je n'entends pas. Le moment le plus difficile pour moi aujourd'hui, c'était de monter dans la voiture pour la dernière fois. Je dois avouer que j'ai été submergé par l'émotion, c'était ma plus grosse émotion de la journée. Après, passer la ligne d'arrivée et retrouver tout le monde, c'était bien aussi. »

Coéquipier de Vettel pendant de longues années chez Red Bull, Webber a souvent pâti des choix et du caractère intraitable de son compère. Ce qui a entraîné plusieurs fois des tensions entre les deux hommes : « Seb (Vettel) et moi, nous avons eu parfois des difficultés, et c'était plus facile pour moi d'être ami avec Fernando (Alonso), car il court pour une autre équipe, mais terminer sur le podium avec ces deux gars, ça veut dire beaucoup, car ils ont été les meilleurs de cette génération et j'ai beaucoup couru contre eux. Ça montre aussi que je peux encore bien piloter à la fin de ma carrière en F1 et que le timing de ma retraite est bon. »

Au moment de dresser le bilan de sa carrière, le pilote australien savoure : « J'ai adoré la F1, je n'aurais jamais pu rêver de la carrière que j'ai eue, de tous ces hauts fantastiques et de ces bas très délicats. On sait que ça doit se passer comme ça et on apprend dans l'adversité. Les meilleurs souvenirs, les plus forts, sont des moments passés dans la voiture, car c'est pour ça qu'on s'est entraîné. Piloter à la limite, on me payait pour le faire et ça me plaisait. Je ne voudrais pas que ce soit mon dernier week-end chaque semaine, car c'était très intense, mais c'était très émouvant. Beaucoup de messages que j'ai reçus, venus du monde entier, ont été incroyables. C'était vraiment une journée très spéciale. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant