Red Bull : Horner agite à nouveau la menace d'un départ de Renault

le
0
Red Bull : Horner agite à nouveau la menace d'un départ de Renault
Red Bull : Horner agite à nouveau la menace d'un départ de Renault

Mis en difficulté cette saison encore par un groupe propulseur Renault en manque criant de performance, Red Bull, par la voix de son directeur Christian Horner, a une nouvelle fois mis en avant l'idée d'un retrait de la marque française en cas de maintien du gel des moteurs.

Depuis l’introduction des moteurs V6 turbo hybrides la saison dernière, les motoristes (Mercedes, Ferrari, Renault et Honda) n’ont pas l’autorisation de faire évoluer leur groupe propulseur en cours de saison. Grâce à Ferrari et James Allison, un vide dans le règlement à contraint la FIA a autoriser un nombre limité de modifications, des « jetons », durant l’année. Ferrari et Honda ont utilisé certains de ces jetons à Montréal le week-end dernier pour présenter une version améliorée de leur moteur. Mais ce manque de liberté dans le développement des groupes propulseurs pourrait avoir des conséquences à l’avenir.

Horner met la pression sur Mercedes

Selon le patron de l’écurie Red Bull, Renault pourrait prendre la décision de quitter la F1 à la fin de son contrat avec l’écurie autrichienne, soit en 2016, si la FIA maintient l’interdiction de développement agressif des moteurs. « Mercedes n'a forcément aucun intérêt à le faire mais la situation est telle que nous en sommes arrivés au point où Renault pourrait remettre rapidement en cause sa présence dans la discipline, a tonné Christian Horner. Si d'ici à la fin du mois de février, le gel des moteurs se confirme, je pense que l'on peut dire au revoir à Renault ensuite. Mercedes doit bien réfléchir à cela, tout comme la FIA. Il faut voir si l'on peut se permettre de perdre un motoriste comme celui-là... »

Le gel des moteurs total en 2016 ?

Si la FIA a transigé pour la saison 2015 avec ce système de jetons, le règlement technique 2016 a été durci et, à l’heure actuelle, les moteurs ne pourront plus être modifiés entre le 28 février 2016 et la fin de l’année. Une situation qui est potentiellement catastrophique pour la marque française, selon Christian Horner. « Ce serait la pire chose pour eux. Après cela, les moteurs seront définitivement gelés. Si vous concédez encore du retard d'ici à cette date, cela veut dire que vous ne pourrez plus le rattraper. Or, il est irréaliste de penser que Renault peut combler ce déficit dans un tel délai. La décision de geler les moteurs à cette date ne date pas tant que cela, donc il est encore temps de changer les choses. Il serait vraiment judicieux de continuer à permettre aux motoristes de développer durant la saison. » La question est aussi de savoir quelle direction veut prendre Renault à l’avenir : rester motoriste, faire renaître le Renault F1 Team en rachetant une écurie déjà existante ou quitter la F1.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant