Red Bull au coeur d'une valse des motoristes ?

le
0
Red Bull au coeur d'une valse des motoristes ?
Red Bull au coeur d'une valse des motoristes ?

Alors que le board de Mercedes a clairement refusé de fournir ses moteurs à un éventuel rival, Ferrari a ouvert la porte à un retour des blocs italiens dans les monoplaces construites à Milton Keynes, sur fond de divorce consommé avec Renault.

Alors que l’entente avec Renault, qui dure depuis 2007, devrait prendre fin avec la saison 2015, Red Bull Racing est à la recherche d’un nouveau fournisseur de moteurs en vue de la saison prochaine. Si l’idée farfelue de construire en interne un groupe propulseur V6 turbo hybride a rapidement été écartée et que l’arrivée de Volkswagen ressemble toujours plus à un lointain mirage, l’écurie autrichienne ne pourra pas se tourner vers Mercedes. Les dirigeants de la marque à l’étoile ont assuré en marge du Grand Prix d’Italie le week-end dernier qu’il n’était pas question d’armer un potentiel rival dans la course aux titres mondiaux.

Ferrari ne ferme pas la porte

Vu que prolonger l’aventure avec Renault est exclu et que le moteur Honda ne fonctionne tout simplement pas, la seule alternative viable pour Red Bull Racing reste Ferrari, qui a déjà équipé l’équipe basée à Milton Keynes en 2005 et 2006, soit les deux premières saisons après le rachat de Jaguar par la marque autrichienne. Et c’est là que les récentes déclarations de Maurizio Arrivabene, le patron de la Scuderia Ferrari, peuvent avoir un écho positif. « Je ne vois pas de problème à donner notre moteur à une autre équipe, ou de raison d'être effrayé par la concurrence, a-t-il assuré. Ce n’est pas le bon était d’esprit de compétition ou ce que Ferrari représente. Nous nous battons avec tout le monde. » Ce grand chambardement du côté de Red Bull Racing aura des conséquences sur d’autres écuries. La première d’entre-elles étant la petite sœur de cette dernière, la Scuderia Toro Rosso.

Chaises musicales avec Toro Rosso, Manor et Sauber ?

Entrée dans le giron de Renault avec l’arrivée des moteurs V6 turbo hybrides, l’écurie de Faenza pourrait elle-aussi être contrainte d’aller chercher ailleurs un propulseur en vue de la saison prochaine. Un accord global entre Red Bull et Ferrari, incluant les deux écuries, reste possible mais le règlement actuel de la F1 autorise un motoriste à ne fournir que trois écuries au maximum, même si Ferrari et Mercedes ont une dérogation pour équiper quatre écuries chacun. C’est alors que Manor (ex-Marussia) voire Sauber entrent en jeu. En effet, l’écurie britannique pourrait quitter Ferrari au terme de la saison pour passer chez Mercedes en « récupérant » la place de Lotus du côté du motoriste allemand alors que l’écurie suisse pourrait troquer son moteur Ferrari contre le bloc Renault, une rumeur apparue dans le courant de l’été et qui confirmerait l'idée que Renault ne souhaite pas fournir uniquement son écurie. Ce contrat Ferrari irait donc chez Toro Rosso, qui renouerait son partenariat de longue date avec le Cheval Cabré.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant