Recul modéré des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Retombant de leurs pics atteints la veille, les Bourses européennes évoluaient en baisse modérée mercredi à la mi-séance, sous le coup d'un plongeon des valeurs du luxe et, surtout, de l'inquiétude concernant l'impasse persistante à Washington au sujet du budget et du plafond de la dette.

Après avoir baissé la veille à la suite des espoirs déçus d'un accord entre républicains et démocrates, Wall Street est attendue en légère hausse en raison d'un optimisme renouvelé au sujet de la capacité des élus américains à éviter un défaut des Etats-Unis, première puissance économique mondiale.

Les dirigeants démocrates et républicains du Sénat américain pourraient annoncer tout prochainement un accord sur le relèvement du plafond de la dette fédérale et sur une réouverture des services non essentiels fermés en raison de l'impasse budgétaire, a-t-on déclaré mardi soir de source proche de la chambre haute.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,89% (-37,91 points) à 4.218,11 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax reculait de 0,2% et à Londres, le FTSE de 0,61%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,36%.

Plombé par la chute de plus de 6% de l'action LVMH et le recul de plus de 2,5% de L'Oréal, l'indice sectoriel regroupant les valeurs liées aux biens de consommation courante et à celles du luxe accuse, de loin, le repli le plus marqué (-1,97%).

Il est suivi par l'indice regroupant les valeurs liées aux matières premières (-1,15%) et par celui du secteur automobile (-0,94%).

Ce dernier pâtit notamment du nouveau recul de l'action PSA Peugeot Citroën (-9,98%), seul constructeur généraliste avec Fiat (-2,6%) à avoir vu ses ventes baisser en septembre en Europe, où le marché dans son semble a enregistré une rare progression.

Le titre LVMH, repli le plus marqué de l'indice Euro Stoxx 50, accuse le coup au lendemain de la publication d'un chiffre d'affaires du troisième trimestre marquée par un ralentissement inattendu de mode-maroquinerie, division phare du groupe de luxe.

L'optimisme quant aux chances d'un accord à Washington a gagné le dollar, en hausse face au yen mais toujours en baisse face au yuan chinois qui a atteint des records pour la troisième journée consécutive, relançant les spéculations sur un élargissement de sa bande de fluctuation.

Les cours du pétrole ne sont guère changés depuis le début de la journée tandis que le prix des obligations allemandes et américaines baissait légèrement dans l'anticipation d'une solution de dernière minute.

Le blocage politique au Congrès américain a conduit mardi l'agence de notation Fitch à placer la note "AAA" des Etats-Unis sous surveillance avec implication négative.

En réaction, le coût pour s'assurer contre le risque de défaut de papier souverain à un an est monté à un pic de plus de deux ans.

Interrogé sur CNBC, le milliardaire Warren Buffett a affirmé que la menace de ne pas relever le plafond de la dette était "une arme politique de destruction massive".

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant