Recul limité des Bourses européennes en clôture

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé lundi en baisse après trois semaines de redressement mais ont néanmoins limité leurs pertes dans l'après-midi.

À Paris, le CAC 40 a fini en recul de 0,32% (14,33 points) à 4.442,29 points. Le Footsie britannique a cédé 0,27% et le Dax allemand 0,46%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,54% et le FTSEurofirst 300 0,33%.

Wall Street peinait à trouver une tendance au moment de la clôture en Europe, avec un Dow Jones et un Standard & Poor's-500 en légère progression après une ouverture en baisse.

Les cours du pétrole poursuivent leur remontée, le Brent de la mer du Nord ayant même repassé les 40 dollars le baril pour atteindre des sommets depuis le début de l'année.

Les investisseurs réagissent à une information du cabinet spécialisé Genscape, selon lequel la hausse des réserves de brut sur le site de Cushing, dans l'Oklahoma, a ralenti la semaine dernière, rapportent des intervenants ayant pu consulter cette publication.

La vigueur des cours du pétrole a profité au secteur de l'énergie (0,47%) et surtout à celui des ressources de base (3,07%), plus forte hausse sectorielle en Europe.

Dans le domaine pétrolier, Seadrill s'est envolé de 60,33%, toujours porté, comme vendredi, par des espoirs d'une recapitalisation du groupe de services pétroliers norvégien.

EDF a en revanche plongé de 6,73%, plus forte chute du FTSEurofirst 300, après la confirmation par l'électricien français de la démission de son directeur financier, Thomas Piquemal, sur fond de désaccords autour du projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

Le secteur bancaire, en baisse de 1,06%, plus fort repli sectoriel du jour, a pâti d'abaissements d'objectifs de cours sur plusieurs établissements, dont Crédit agricole (-2,07%) et Société générale (-1,75%).

Il est surtout affecté par la perspective d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait notamment enfoncer un peu plus son taux de dépôt en territoire négatif.

L'approche de cette réunion de la BCE jeudi contribue à affaiblir légèrement l'euro, repassé sous 1,10 dollar.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant