Recul inquiétant de la consommation dans la zone euro

le
10
RECUL DE LA CONSOMMATION DANS LA ZONE EURO EN DÉCEMBRE
RECUL DE LA CONSOMMATION DANS LA ZONE EURO EN DÉCEMBRE

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - Décembre a été un mauvais mois pour les ventes au détail dans la zone euro, la demande ayant fortement diminué alors qu'elle était attendue en hausse, augmentant d'autant le risque de déflation.

Les ventes au détail ont baissé de 1% en décembre par rapport à décembre 2012, selon les données publiées par Eurostat mercredi, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 1,5%.

Par rapport à novembre, les ventes accusent un repli de 1,6%, bien plus important que celui de 0,5% anticipé par les économistes.

En dépit de signes de redressement, la baisse de la demande de biens de consommation fait suite à un fléchissement inattendu de l'inflation non loin d'un plancher de quatre ans dans la zone euro en janvier, au taux de 0,7%, ce qui est bien inférieur à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) qui est d'un peu moins de 2%.

La consommation est la maillon faible du redressement de la zone euro après une récession sans précédent, le consommateur hésitant à acheter en une époque de chômage record. Cet état de fait pourrait inciter les magasins à réduire encore leurs prix pour attirer à nouveau le chaland, et les enquêtes PMI publiées mercredi également par la société d'études Markit ont montré que les entreprises de la zone euro ont réduit globalement leurs prix en janvier pour le 22e mois consécutif.

Le risque serait alors que les ménages soient tentés de se retenir un peu plus d'acheter, dans l'espoir de réaliser des affaires encore meilleures, poussant les entreprises à baisser toujours plus leurs prix - ce qui enclencherait une véritable spirale déflationniste.

LA BCE ATTENDUE JEUDI

Dans ce contexte, de plus en plus d'économistes voient la Banque centrale européenne (BCE) intervenir peut-être dès sa réunion monétaire de jeudi, même si la zone euro est encore loin d'être dans la situation déflationniste qu'a connu le Japon dans les années 90.

En dehors d'une baisse des taux pure et simple, la BCE peut également agir en proposant aux banques de nouveaux financements à long terme dits LTRO ou en se lançant dans un programme de rachat d'actifs à l'américaine.

Toutefois, les banquiers centraux de la BCE ont un horizon de moyen terme en ligne de mire sans se laisser influencer par des variations de prix de court terme, ce qui selon certains économistes lui donne du temps.

"Certains prévoient une action sur les taux, d'autres sur la liquidité et d'autres enfin n'attendent rien, dont nous", dit Greg Fuzesi (JPMorgan). "C'est très serré mais nous aimerions souligner que le débat se focalise sur des choix qui n'auraient qu'un impact limité sur l'économie".

Si le consommateur de la zone euro fait grise mine c'est parce qu'il se ressent encore des effets des crises de la dette et du secteur bancaire dans la région.

Même les dépenses alimentaires ont diminué à Noël par rapport à l'année d'avant, signe que les ménages ont peut-être brûlé la plus grande partie d'une épargne qui leur avait permis de traverser la crise.

Les achats en ligne ont continué toutefois d'augmenter, les internautes étant à l'affût des bonnes affaires sur le net, mais les dépenses dans l'ensemble ont diminué sur tous les fronts, carburants inclus.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le mercredi 5 fév 2014 à 15:29

    Les hypers se vident .Même les caddies passent sans monneyeur .

  • opezet le mercredi 5 fév 2014 à 15:09

    Le nivellement mondial par le bas ne s'arrêtera pas là: ce n'est que le début.

  • M362321 le mercredi 5 fév 2014 à 14:58

    Ha bon ? mais l'euro n'est pas pour le bien de tous alors ??? On nous aurait menti ?

  • pierry5 le mercredi 5 fév 2014 à 14:57

    J'ai demandé il y a quelques temps à quoi servait le Ipod qu'il avait payé 599 € Il m'a répondu évasivement. Ben j'sais pas de temps en temps je passe un message à mes potes et je regarde aussi quelques trucs ( sans précision )

  • pierry5 le mercredi 5 fév 2014 à 14:54

    Acheter, encore acheter, on n'a vendu plus de bagnoles que jamais, dans quelques temps on sera bloqué à chaque carrefour, les conteneurs à verre, à peine vides sont immédiatement rempli de boutelles de vin bière etc. les bulles de vêtements destinées à des organisations débordent de tous les côtés, certains consomment des pilules pour maigrir etc. etc. Pourra-t'on continuer comme cela longtemps, je ne pense pas.

  • a.guer le mercredi 5 fév 2014 à 14:38

    merci, messieurs de la BCE : voila le résultat de votre politique de l'Euro fort centrée sur la crainte de l'inflation qui n'existe que dans votre tête, au détriment du bien être des peuples

  • M7817796 le mercredi 5 fév 2014 à 14:15

    La France tenue à bout de bras par la consommation des fonctionnaires et retraités. Les seuls à ne pas être inquiet de l'avenir. Il devient urgent de solder la dette et changer de modèle, durable celui-là.

  • guerber3 le mercredi 5 fév 2014 à 13:49

    Le monde fabrique des milliardaires; pour le devenir, ceux-ci fabriquent des esclaves, c'est-à-dire des employés mal payés...qui consomment moins : c'est une "Lapalissade"...!

  • Karama7 le mercredi 5 fév 2014 à 13:45

    Ca doit être plutôt RASSURANT qu'inquiétant . Personnellement fini la surconsommation , l'inutile , le crédit et je vis mieux !

  • JERIKAE2 le mercredi 5 fév 2014 à 13:10

    l europe ! nous sommes administrés par des profiteurs affameurs négrier