Recul des ventes d'Ikea France, l'enseigne repart à l'offensive

le
0
CONFRONTÉ À UN RECUL DES VENTES EN FRANCE, IKEA REPART À L?OFFENSIVE
CONFRONTÉ À UN RECUL DES VENTES EN FRANCE, IKEA REPART À L?OFFENSIVE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Ikea va accélérer son expansion en France, où le numéro un mondial de l'ameublement prévoit de créer 1.200 emplois dans les trois ans en dépit d'un contexte de crise qui a pesé sur ses ventes annuelles.

Ikea a vu son chiffre d'affaires reculer de 4,3% en France lors de son exercice clos le 31 août, à 2,39 milliards d'euros, dans un marché de l'ameublement en baisse de 5,0%.

Le groupe suédois, qui n'a pas ouvert de magasin au cours de l'exercice écoulé, veut à nouveau passer à l'offensive avec un ambitieux programme de développement en France, où il réalise 9% de ses ventes et où il compte 29 magasins.

Six nouveaux magasins devraient ainsi voir le jour dans les trois ans, notamment à Clermont-Ferrand, Orléans et Nice, pour un investissement total de 600 millions d'euros qui se traduira par la création de 1.200 emplois.

"Dans un contexte économique difficile, je pense qu'il s'agit de messages très positifs pour la France", a déclaré à la presse Stefan Vanoverbeke, directeur général d'Ikea France, qui a dit ambitionner 20% de part de marché pour l'enseigne d'ici trois ou quatre ans, contre 17,9% aujourd'hui.

Autre axes de développement, de nouvelles offres seront lancées, notamment dans l'enfant pré-adolescent et la cuisine, tandis que des collections "capsules" (éphémères) -susceptibles d'attirer davantage de trafic en magasin- seront proposées tout au long de l'année.

Enfin, Ikea France entend rattraper son retard en matière de e-commerce. Les ventes sur internet représentent aujourd'hui seulement "l'équivalent d'un petit magasin de province". Elles devraient pouvoir atteindre 10% des ventes d'ici à 2020, selon le directeur général.

PART DE MARCHÉ STABLE

A terme, Ikea pense pouvoir compter 40 magasins en France d'ici à 2020 et 45 d'ici à 2025. "Notre ambition, c'est qu'un magasin Ikea soit accessible -c'est-à-dire à une heure de trajet- pour 80% des Français", a-t-il dit.

En 2012-2013, sa part de marché est restée stable, grappillant 0,1 point à 17,9%, devant ses deux grands concurrents Conforama (propriété du sud-africain Steinhoff) et But (14,5% et 11% respectivement).

"Le marché est impacté par la baisse du pouvoir d'achat liée aux mesures de restriction budgétaires", a déclaré Stefan Vanoverbeke.

Tous les rayons ont souffert, à l'exception de la salle de bains et du linge de lit.

Cette baisse de chiffre d'affaires aura pour effet de mettre "une grosse pression sur l'entreprise" en termes de rentabilité, a-t-il indiqué, sans donner plus de précision.

Le groupe qui a fait du design à petit prix sa marque de fabrique, verra "comment absorber" la hausse de la TVA attendue en 2014 et maintenir des prix attractifs, a-t-il ajouté.

Le marché de l'ameublement en France est estimé entre 9,0 et 10 milliards d'euros. Avec des dépenses moyennes de 350 euros par an, les Français comptent parmi les plus faibles consommateurs en Europe. "Les Italiens et les Allemands consomment deux fois plus", a observé Stefan Vanoverbeke.

Après une importante phase d'expansion entre 2005 et 2010, Ikea avait marqué une pause. En 2011-2012, avec une seule ouverture de magasin, ses ventes avaient augmenté de 3%.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant