Recul des prêts des banques françaises au 4e trimestre 2011

le
1
Recul des prêts des banques françaises au 4e trimestre 2011
Recul des prêts des banques françaises au 4e trimestre 2011

LONDRES (Reuters) - Les banques françaises ont réduit leurs prêts à l'étranger de presque 200 milliards de dollars (160 milliards d'euros) lors du dernier trimestre de 2011, prolongeant une tendance encore plus marquée au cours des trois précédents mois, selon des chiffres de la Banque des règlements internationaux (BRI).

La BRI, qui suit le crédit transfrontalier à travers le monde, a déclaré que les banques françaises avaient réduit leurs crédits à l'étranger de 197 milliards de dollars (159 milliards d'euros), soit de 5,3%, au cours du quatrième trimestre.

Lors du précédent trimestre, le recul avait été de 7,1%, le plus important en 12 ans au moins.

BNP Paribas, Société Générale et d'autres banques françaises ou européennes, réduisent leurs portefeuilles de prêts pour obéir à un durcissement des règles de fonds propres.

Certains observateurs craignent cependant que l'ampleur prise par le processus de réduction du bilan de la part des banques nuisent aux efforts européens de reprise économique.

Au total, les prêts mondiaux ont diminué de 799 milliards de dollars au cours du quatrième trimestre, soit de 2,5%, la plus importante baisse depuis l'effondrement de la banque d'investissement américaine Lehman Brothers il y a trois ans, selon la BRI.

L'évolution provient du processus de réduction du bilan engagé par les banques de la zone euro, qui ont baissé leurs prêts de 584 milliards de dollars (471 milliards d'euros), soit 4,7%, au cours du quatrième trimestre.

Il y a également eu une réduction des crédits de la part des banques espagnoles (28 milliards d'euros, soit 5,3%), allemandes (146 milliards d'euros, soit 4,7%) et italiennes (26 milliards d'euros, soit 3,5%).

Pour l'essentiel, cette contraction du crédit touche les prêts interbancaires, en recul de 637 milliards d'euros, et particulièrement la zone euro.

Les prêts aux entreprises et autres acteurs non bancaires ont baissé de 162 milliards de dollars

Steve Slater; Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8043631 le lundi 4 juin 2012 à 10:21

    Chantage les observateurs?? qui craignent que l'ampleur prise par le processus de réduction du bilan de la part des banques pour obéir à un durcissement des règles de fonds propres nuisent aux efforts européens de reprise économique et dans le même temps les mêmes banques chaque soir déposent 785 milliards à la BCE?