Recul des Bourses européennes vers la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE VERS LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE VERS LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdaient autour de 1% lundi vers la mi-séance, sous le coup d'un mouvement de prises de bénéfices après trois semaines consécutives de hausse et du recul prononcé du titre EDF tandis que Wall Street, qui a également enchaîné trois progressions hebdomadaires de suite, est attendue en léger repli à l'ouverture.

À Paris, le CAC 40 cède 0,96% (-42,91 points) à 4.413,71 points vers 12h40 GMT. Le Dax abandonne 1,02% à Francfort et le FTSE 0,92% à Londres. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,86% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,14%.

Le recul des Bourses intervient malgré la poursuite de la remontée des cours du pétrole alors que, depuis le début de l'année, ces deux actifs ont évolué de pair. Le rebond des cours du brut par rapport à des creux de plus de 12 ans touchés fin janvier-début février a été l'un des facteurs permettant aux Bourses de se reprendre après un début d'année catastrophique.

Le FTSEurofirst ne perd ainsi plus que 7,2% depuis le 1er janvier contre un repli de plus de 17% accusé il y a près d'un mois.

Les investisseurs semblent temporiser avant la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) de jeudi, qui devrait vraisemblablement, au vu d'indicateurs mitigés émanant de la zone euro, se solder par de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

"L'élan semble à nouveau se ralentir. Si l'on ajoute cela à une inflation qui reste très basse, nous devrions avoir un ensemble de mesures d'assouplissement", a estimé Ian Williams, chargé de la stratégie chez Peel Hunt, évoquant une nouvelle baisse du taux des dépôts et un élargissement du programme de rachat d'actifs.

"Le danger est que les acteurs de marché ont déjà inscrit dans les cours plus que ce dont la BCE est capable."

JP Morgan Cazenove a rajouté à la morosité ambiante, en ramenant le poids des actions dans son portefeuille de titres à "sous-pondérer" pour la première fois depuis 2007, le courtier estimant que le récent rebond des Bourses n'était pas amené à durer.

Seuls indices sectoriels à être en territoire positif depuis le début de l'année, le compartiment des matières premières (-2,54%) et celui des valeurs pétrolières (-1,40%) figurent parmi les plus fortes baisses, sous le coup de prises de bénéfices et d'une rechute du cours du cuivre après son pic de quatre mois atteint vendredi.

Du côté des valeurs individuelles, EDF (-7,7%) accuse la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 après que l'électricien français a confirmé la démission de son directeur financier, Thomas Piquemal, sur fond de désaccords autour du projet controversé du groupe de construire deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

Le titre Seadrill (+36,8%) enregistre de loin la plus forte hausse du Stoxx 600, toujours porté, comme vendredi, par des espoirs d'une recapitalisation du groupe de services pétroliers norvégien.

Sur le marché des changes, l'euro perd plus de 0,5% face au dollar en raison des anticipations d'un nouvel assouplissement de la BCE. Le yen, tout comme les Bunds allemands et l'or, est recherché comme valeur refuge.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant