Recul de la CGT : Martinez reconnaît «une part de responsabilité»

le
17
Recul de la CGT : Martinez reconnaît «une part de responsabilité»
Recul de la CGT : Martinez reconnaît «une part de responsabilité»

Autocritique à la CGT. Alors que le syndicat affiche des résultats en recul dans plusieurs entreprises à l'occasion de récentes élections professionnelles, son secrétaire général, Philippe Martinez, reconnaît une «part de responsabilité», dans une interview au «Journal du dimanche».

Interrogé sur les raisons de ce recul chez «Orange, Air France, Renault, la SNCF», il affirme que «les entreprises publiques évoluent dans le mauvais sens» et «copient la gestion du privé», ce qui crée «un choc pour les salariés». «Beaucoup croient qu'il n'est pas possible de faire autrement. Notre discours devient plus difficile à entendre», explique-t-il. Mais, parallèlement, il fait état de «résultats en progrès dans beaucoup d'entreprises du commerce, par exemple KFC, ou dans des entreprises de la métallurgie. On réoccupe notre terrain, celui du social, de la contestation, de la proposition».

«Le FN fait le grand écart»

Pour le successeur de Thierry Lepaon (poussé vers la sortie en raison du coût des rénovations de son bureau, de son appartement et du versement d'une prime), la CGT doit «retrouver l'équilibre entre la présence institutionnelle du syndicat et sa présence avec les salariés. Nous sommes beaucoup sollicités par le gouvernement et le patronat, un peu aspirés par les rendez-vous». Elle doit aussi être «le syndicat de tous les salariés», cadres et ingénieurs compris, comme des privés d'emploi et des retraités.

Concernant la «séduction» présumée que le Front national exerce sur les ouvriers et les employés, Philippe Martinez affirme que «nous vivons dans un monde qui ne va pas bien. Il y a un vrai malaise des salariés. Le FN croit y répondre en faisant un grand écart : il soutient à la fois les patrons et les salariés, en faisant parfois croire qu'il reprendrait certaines de nos idées. Surtout, il s'en prend aux étrangers».

«Discuter des 32 heures»

S'il doute de la reprise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le lundi 23 mar 2015 à 06:46

    En fait la CGT se comporte en parti politique car elle prétend promouvoir un modèle de société dirigiste et totalitaire modèle lutte des classes (c'est tout son vocabulaire). Elle ne s'est pas encore aperçu qu'il n'y a plus de classe (parce qu'alors elle n'a plus de raison d'être) mais une population atomisée par les connaissance acquises par chaque individu devenu auto entrepreneur de la réalisation de sa carrière.

  • b.renie le lundi 23 mar 2015 à 06:41

    Beaucoup croient qu'il n'est pas possible de faire autrement. Notre discours devient plus difficile à entendre affirme Monsieur Martinez qui ne veut pas reconnaître que la doctrine marxiste appartient au passé ayant montré son absurdité par l'échec de toutes les mises en ouvre au cours du siècle dernier. Le monde est devenu trop compliqué pour qu'une recette puisse correspondre à toutes les situations. De plus le niveau intellectuel de la population mondiale s'est considérablement élevé

  • lsleleu le dimanche 22 mar 2015 à 16:20

    Voila un syndicat que l'on ne regrettera pas !

  • CHANOMAR le dimanche 22 mar 2015 à 15:58

    les syndicalistes comme les politiciens gardent bien leur places avec beaucoup d avantages qui ont oublier qui les avaient élus et maintenant ils nous ont bien oublier les travailleurs " sans dents " ne pas oublier

  • M3182284 le dimanche 22 mar 2015 à 14:50

    Franc comme un âne qui recule.

  • t_n_t le dimanche 22 mar 2015 à 14:01

    ils agissent pour leurs carrières contre l intérêt général

  • t_n_t le dimanche 22 mar 2015 à 13:53

    ces dirigeants ont ils prit conscience que la France doit composer avec la mondialisation ???

  • dhote le dimanche 22 mar 2015 à 13:40

    Le" jusqu'au-boutisme" de la CGT se paie dans les urnes.

  • brinon1 le dimanche 22 mar 2015 à 12:28

    32 HEURES ? on croit rêver, continue petit tu es sur la bonne voix...........

  • neutro le dimanche 22 mar 2015 à 11:14

    La CGT n'a toujours eu qu'un seul objectif : avoir plus d'adhérents sans se soucier de ce qui fait marcher la machine, donc on devrait engager toujours plus de monde pour avoir plus de syndiqués sans penser que certains de ceux-ci réfléchissent et commencent à fuir en courant! Un autre bon exemple l'EN, toujours plus de profs, peu importe les résultats et surtout ne jamais regarder les méthodes...