Recruter un gardien de plus de 30 ans, ça donne quoi ?

le
0
Recruter un gardien de plus de 30 ans, ça donne quoi ?
Recruter un gardien de plus de 30 ans, ça donne quoi ?

Après les performances en demi-teinte de Salvatore Sirigu, le PSG se chercherait un gardien pour l'an prochain. Principale cible évoquée, Petr Čech, actuellement second de Courtois à Chelsea, et qui affiche une trentaine bien tassée. Mais au fond, est-ce une bonne idée de faire venir un vieux gardien du temple ?

Posture 1 : "Je suis vieux, mais je m'impose."
Évidemment, les ratés s'installent plus facilement dans les mémoires. Pourtant, certains portiers ont su se faire une place dans leur nouveau club malgré l'érosion du temps. Parfois, cela a tenu aux circonstances. Parfois, le seul talent a suffi. C'est le cas pour Edwin van der Sar, sans aucun doute le meilleur exemple de cette success story du deuxième âge. Car, à l'heure de régner sur les cages mancuniennes, le Néerlandais en provenance de Fulham a déjà 34 ans et, donc, une solide expérience. Pourtant, la recrue n'est pas en pré-retraite. Mieux, il s'impose pendant près de six saisons à Manchester, glanant le surnom de Van der Save et étant l'un des maillons essentiels dans la conquête des titres des Red Devils. Pas mal dans un club qui a longtemps cherché de la stabilité au poste. Si Edwin ne peut être battu dans la catégorie, quelques transferts récents prouvent que les vieux peuvent se faire résistants. Claudio Bravo, repéré lors de la Coupe du monde 2014 et 31 ans lors de son arrivée au Barça, fait cette saison fi de la concurrence de Ter Stegen en championnat. Mieux, le Chilien a battu le record d'invincibilité d'un gardien du Barça lors d'un début de saison. Un départ canon, qui doit beaucoup à son installation en lieu et place de l'Allemand en Liga, même si le contexte apparaît comme une transition. Autre donnée, même résultat, Diego López a su griller la politesse à un autre vieux briscard, pourtant légendaire : Iker Casillas. Rapatrié pour compenser la blessure de ce dernier à l'hiver 2013, l'Espagnol de 31 ans va finalement s'attirer les faveurs du Mou, puis d'Ancelotti et truster les matchs de championnat disputés par le Real. Une belle perf' d'un an et demi qui s'est uniquement heurtée cette saison au retour en grâce de San Iker et à l'envie du Milan AC de le recruter. Comme quoi, un vieux peut en chasser un autre. Ou un Sirigu.
Posture 2 : "J'ai cru que j'en avais encore dans les jambes. À tort."
Eux se sont bien plantés. Pourtant, ils pensaient avoir fait le bon choix, ou tout du moins, leur nouvelle écurie l'espérait. Mais le temps avait déjà passé, l'envie aussi peut-être. Dans cette caste de présomptueux au physique défaillant, certains noms sont ronflants. En 2004, Fabien Barthez rejoint l'OM après une fin difficile à United. Mais l'espoir d'une relance…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant