Record de clôture du S&P malgré les valeurs technologiques

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini dans le désordre vendredi, avec un indice S&P à un nouveau record de clôture, tandis que le Nasdaq perdait du terrain à la suite de la publication de résultats décevants, notamment de Microsoft et Google.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a terminé sur une note stable, en baisse de 4,80 points, soit 0,03%, à 15.543,74 points. En revanche, le S&P-500, plus large, a gagné 2,72 points, soit 0,16%, à un nouveau record de 1.692,09 points, après avoir aligné 11 hausses en 13 séances.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 23,66 points (-0,66%) à 3.587,61 Points.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a gagné 0,5%, le S&P a pris 0,7% et le Nasdaq a perdu 0,3%.

Après des résultats décevants d'Intel et d'eBay, ce fut au tour de Microsoft et de Google de publier des résultats bien en-deçà des attentes du marché.

Les deux valeurs technologiques ont perdu respectivement 11,4% et 1,55%.

"C'est la première fois dans ce cycle que nous avons des grands noms de la cote qui manquent le consensus. C'est d'autant plus important que le marché est maintenant totalement focalisé sur les résultats de sociétés", dit Art Hogan, chez Lazard Capital Markets à New York.

Le fabricant de semi-conducteurs American Micro Devices a également chuté lourdement, de 13,15%, après avoir annoncé une perte au deuxième trimestre.

Toutefois, les résultats meilleurs que prévu de General Electric, Schlumberger et Whirlpool ont soutenu la tendance sur les autres marchés. GE, composante du Dow, a ainsi gagné 4,61%, Schlumberger 5,43% et Whirlpool 7,99%.

Selon les données Thomson Reuters data. Les analystes estiment en moyenne que les résultats des sociétés du S&P 500 devraient être en croissance de 3,5% pour ce deuxième trimestre 2013, et leurs chiffres d'affaire en hausse de 1,1%.

L'annonce par la Chine d'une libéralisation des taux d'intérêt, qui marque la volonté du nouveau gouvernement de poursuivre les réformes du secteur financier, a été accueillie sans grand enthousiasme par les investisseurs.

"Cela fait suite à une série d'annonces laissant entendre que les dirigeants (chinois) veulent - au moins en apparence - reformer les marchés", dit Quincy Krosby, stratège de marché chez Prudential Financial à Newark (New Jersey).

"De toute évidence la mise en musique de ces décisions sera plus difficile, mais cela étant dit, il faut bien se lancer."

Leah Schnurr, Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant