Reconstruction de Gaza : la communauté internationale promet 5,4 milliards de dollars

le
2
Reconstruction de Gaza : la communauté internationale promet 5,4 milliards de dollars
Reconstruction de Gaza : la communauté internationale promet 5,4 milliards de dollars

Les ministres des Affaires étrangères d'une trentaine de pays, dont la France,  et des représentants d'organisations internationales se sont retrouvés ce dimanche au Caire (Egypte) pour la conférence internationale des donateurs pour la reconstruction de la bande de Gaza. A cette occasion la communauté internationale, Etats-Unis en tête, souhaite relancer le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Ce rendez-vous fait suite au cessez-le-feu obtenu en août à l'issue de cinquante jours d'intenses bombardements de l'armée israélienne sur le bande de Gaza.

«Les participants ont promis approximativement 5,4 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros)», a déclaré le ministre norvégien des Affaires étrangères, dont le pays était le co-organisateur de la conférence avec l'Egypte. Un milliard est fourni par le seul Qatar. L'autorité palestinienne, elle, avait requis 4 milliards de dollars. Washington a pour sa part annoncé une aide immédiate de 212 millions sur un total de 400 millions de dollars en un an, et l'Union européenne une somme globale de 450 millions d'euros pour 2015.

Ouvrant la conférence, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré : «J'en appelle au peuple et au gouvernement israéliens: le temps est venu de mettre fin au conflit», a lancé le président égyptien, assis à la tribune avec le président palestinien Mahmoud Abbas et face au secrétaire d'Etat américain John Kerry et au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui se rendra à Gaza mardi.

Relancer le processus de paix

Tout en promettant une «aide immédiate», le secrétaire d'Etat américain, John Kerry a tapé le premier du poing sur la table. «Un cessez-le-feu, ce n'est pas la paix. Nous devons nous rasseoir à la table (des négociations) et aider les parties à faire des choix difficiles, de vrais choix», a-t-il lancé.

Dans son discours, le dirigeant de l'ONU a lui souligné que «Gaza reste une poudrière, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le dimanche 12 oct 2014 à 20:52

    Voilà bien des dépenses inutiles. Avec cet argent ils construiront de nouveaux tunnels et provoqueront une nouvelle guerre dans 3 ou 4 ans.Le seul intérêt est que cela fera travailler Bouygues et Lafarge.

  • LeRaleur le dimanche 12 oct 2014 à 14:43

    Qui a commencé ?