Reconnaissance de l'État palestinien : "Israël reste le maître du jeu"

le
0
Armin Arefi, journaliste international au Point, réagit au vote des députés français sur la Palestine.
Armin Arefi, journaliste international au Point, réagit au vote des députés français sur la Palestine.

Il n'y aura eu aucun suspense. Par une majorité de 339 voix pour, l'Assemblée nationale a adopté mardi une résolution non contraignante déposée par le groupe socialiste demandant à l'État français de reconnaître un État palestinien. Une issue sans surprise, la majorité de l'hémicycle étant à gauche, mais qui restera marquée par le rejet massif des députés UMP et UDI. Que change ce vote ? Pas grand-chose, dans l'immédiat. Il appartient en effet exclusivement à l'exécutif de trancher cette question. D'autre part, sur le terrain, c'est l'État d'Israël qui reste maître du jeu et qui décide de l'avenir de la Palestine. Et avec la poursuite tous azimuts de la colonisation israélienne - pourtant illégale - en territoire palestinien, celui-ci s'annonce compromis.

Pourtant, la décision des députés français n'est que la dernière illustration d'un vaste mouvement européen de reconnaissance d'un État palestinien (Suède, Parlements britannique, irlandais et espagnol) visant à rééquilibrer les négociations avec Israël. Pour l'heure, la France n'a pas l'intention de le reconnaître. En revanche, consciente de l'impasse actuelle au Proche-Orient, Paris a décidé de faire pression sur l'État hébreu en proposant une résolution à l'ONU visant à pousser les deux parties à oeuvrer à la création d'un État palestinien sous deux ans. En cas d'échec, Laurent Fabius l'a annoncé vendredi dernier, Paris le reconnaîtra unilatéralement.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant