Reconnaissance d'un Etat palestinien : Villepin favorable, Morano fermement opposée

le
1
Reconnaissance d'un Etat palestinien : Villepin favorable, Morano fermement opposée
Reconnaissance d'un Etat palestinien : Villepin favorable, Morano fermement opposée

L'Assemblée nationale débat depuis 9h30 ce vendredi autour d'une résolution non contraignante du groupe socialiste sur la reconnaissance d'un Etat palestinien, comme la Suède, l'Espagne ou le Parlement britannique l'ont fait. Interrogé deux heures plus tôt sur RFI, l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin s'est dit «favorable à tout ce qui peu aller dans le sens» de la reconnaissance de l'Etat palestinien et prône de prendre «le risque d'imposer une solution». 

«C'est malheureusement la seule démarche qui reste à la Palestine aujourd'hui, essayer de faire avancer cette reconnaissance à travers les grands organes diplomatiques et notamment les instances des Nations Unies. 135 Etats (Ndlr : selon un décompte palestinien) ont déjà reconnu la Palestine. La question se pose aujourd'hui devant le Parlement, je suis favorable à tout ce qui peut aller dans le sens de cette reconnaissance, c'est un droit absolu des Palestiniens, c'est un droit historique», a estimé Villepin, bien qu'il ne soit «pas un grand adepte de la diplomatie parlementaire».

L'ancien ministre des Affaires étrangère (2002-2004) attend du gouvernement qu'il «soit plus actif, davantage dans l'initiative sur cette question tant nous voyons le drame israélo-palestinien se nouer une nouvelle fois».

Morano associe Palestine et jihad

Au même moment sur France Info, l'ancienne ministre UMP Nadine Morano s'est fermement opposée à cette résolution, «choquante et honteuse». «Ce texte est malvenu et les socialistes ne s'honorent pas de déposer cette résolution aujourd'hui», a-t-elle accusé, espérant que «tous (ses) collègues voteront contre». La députée européenne a fait un amalgame entre formations islamistes appelant au jihad, le Hamas, le Fatah, l'Etat islamique, oubliant que le Hamas est soutenu par l'Iran, d'obédience chiite, quand les combattants du groupe Etat islamique sont sunnites. «La Palestine aujourd'hui, ceux qui dirigent, c'est le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le vendredi 28 nov 2014 à 13:18

    quelle intelligence madame morano, elle relève le lot des politiques