Reckitt veut ravir Schiff à Bayer pour 1,4 milliard de dollars

le
0
RECKITT BENCKISER SURENCHÉRIT SUR L'OFFRE DE BAYER POUR SCHIFF
RECKITT BENCKISER SURENCHÉRIT SUR L'OFFRE DE BAYER POUR SCHIFF

NEW YORK/LONDRES (Reuters) - Reckitt Benckiser a surenchéri jeudi soir sur l'offre de Bayer pour Schiff Nutrition International, en proposant 1,4 milliard dollars (1,01 milliard d'euros) pour le fabricant de vitamines américain, soit 200 millions de plus que le géant allemand de la pharmacie et de la chimie.

Cette contre-offre pourrait n'être qu'une étape dans la bataille pour Schiff, également connu pour ses compléments alimentaires et dont les produits - MegaRed pour le système cardio-vasculaire ou encore Move Free pour les articulations - sont attrayants pour des entreprises en quête de sources de croissance stables.

Reckitt Benckiser est surtout connu pour ses produits d'entretien avec des marques comme Air Wick ou Calgon, mais il est aussi présent dans la pharmacie et la parapharmacie avec Strepsils, Nurofen ou encore Scholl.

Dans des échanges d'après-Bourse à New York, l'action a bondi de près de 30%, à 44 dollars, dépassant le prix de l'offre de Reckitt, ce qui pourrait signifier que le marché anticipe une nouvelle surenchère.

Le groupe britannique propose 42 dollars par action Schiff, ce qui représente une prime de 23,5% par rapport au prix de 34 dollars annoncé fin octobre par Bayer.

"Quand Bayer a annoncé son offre - fruit d'un accord bilatéral et non pas d'un processus d'enchères public - nous savions que c'était un domaine d'activité qui nous intéressait", a dit à Reuters Rakesh Kapoor, directeur général de Reckitt Benckiser.

Le groupe britannique a précisé que l'acquisition de Schiff aurait un effet relutif immédiat sur son bénéfice par action ajusté.

Bayer s'est refusé à tout commentaire pour l'instant et personne n'était disponible chez Schiff dans l'immédiat.

Le groupe allemand peut prendre son temps avant de réagir à la contre-offre de Reckitt mais comme les analystes financiers avaient bien accueilli l'annonce du rachat de l'entreprise américaine, la direction sera vraisemblablement sous pression.

"Une guerre des enchères ne peut être exclue. Bayer va devoir répondre à l'offre de Reckitt. Cela pourrait se traduire par un prix d'acquisition moins intéressant pour le groupe", souligne dans une note de recherche Peter Spengler, analyste chez DZ Bank.

Vers 9h45 GMT, le titre Bayer avançait de 0,53% à 65,78 euros alors que l'indice regroupant les valeurs chimiques européennes cédait 0,39%. L'action Reckitt perdait de son côté 0,64% à 3.727 pence alors que l'indice regroupant les valeurs européennes du luxe et celles de biens de consommation courante se repliait de 0,28%.

Michael Erman, Soyoung Kim et Ben Hirschler, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant