Reckitt ne discute plus du rachat d'activités de Merck

le
0
RECKITT BENCKISER NE DISCUTE PLUS DU RACHAT DES MÉDICAMENTS SANS ORDONNANCE DE MERCK
RECKITT BENCKISER NE DISCUTE PLUS DU RACHAT DES MÉDICAMENTS SANS ORDONNANCE DE MERCK

LONDRES (Reuters) - Reckitt Benckiser a dit mercredi ne plus être en discussions actives avec Merck au sujet d'un rachat des médicaments sans ordonnance du laboratoire américain, ce qui laisse le groupe allemand Bayer seul en lice pour cette activité.

Selon des sources proches du dossier, Bayer propose d'échanger ses activités dans la santé animale contre les actifs de Merck, le solde du prix d'achat devant être réglé en numéraire.

Reckitt Benckiser, groupe britannique de biens de consommation courante qui possède notamment les produits d'entretien Calgon et Air Wick, les pastilles contre la toux Strepsils ou encore les préservatifs Durex, avait dit lundi être en discussions avec Merck.

"Nous sommes un acheteur très discipliné avec un strict modèle de retour sur investissement duquel nous ne nous écarterons pas", précise dans un communiqué Rakesh Kapoor, directeur général de Reckitt Benckiser.

"Le marché de la santé grand public reste très fragmenté et nous continuerons d'étudier des opportunités susceptibles de remplir aussi bien nos critères stratégiques que financiers."

Des sources avaient au dit au cours du week-end que Reckitt Benckiser et Bayer avaient soumis des offres d'environ 13,5 milliards de dollars (9,75 milliards d'euros), montant susceptible d'augmenter encore, pour la filiale de produits de consommation de Merck, surtout connue pour ses crèmes solaires Coppertone et son antihistaminique Claritin.

(Martinne Geller, avec la contribution de Frank Siebelt à Francfort; Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant