Réchauffement climatique : triste bilan de la Conférence de Varsovie

le
0
Réchauffement climatique : triste bilan de la Conférence de Varsovie
Réchauffement climatique : triste bilan de la Conférence de Varsovie

Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) ne s'étaient pas trompées en quittant la table de négociations à Varsovie. Elles ressentaient l'échec annoncé. Et elles ont eu raison.

Les principaux points sur lesquels les négociations devaient aboutir portaient sur les engagements des différents pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serres, sur le calendrier de ces engagements, sur la reconnaissance de la Chine, de l'Inde et du Brésil principaux pollueurs de la planète avec les Etats Unis, comme pays industrialisés et non plus comme pays émergents, et sur le montant des engagements financiers pour aider les pays pauvres à réduire leur pollution.

Mais le texte de compromis ne contient rien de concret.

L'Europe ne s'est pas véritablement engagée à réduire ses émissions de carbone. L'Allemagne et la Pologne continuent à alimenter leurs centrales thermiques au charbon. Seule la Grande Bretagne a pris un engagement européen de réduction de 50% de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2030.

La Chine et l'Inde, qui contribuent chaque année à l'émission de plus de la moitié des gaz à effet de serre, sont restés accrochés à leur statut de pays émergents pour ne pas avoir à faire autant d'efforts que les pays développés pour réduire leur pollution.

Le Brésil a quant à lui annoncé qu'il était contraint de réduire son action pour lutter contre la déforestation .

L'Australie, qui pourtant est victime de plus en

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant