Réchauffement climatique : quand le doute devient (quasi-)certitude

le
0
L?augmentation permanente des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) devrait entraîner une multiplication des vagues de chaleur
L?augmentation permanente des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) devrait entraîner une multiplication des vagues de chaleur
Des experts américains et britanniques viennent d'attribuer des exemples récents de phénomènes climatiques extrêmes à la hausse du thermomètre mondial.



Ainsi le réchauffement climatique, en grande partie d'origine anthropique aux yeux de la quasi-totalité de la communauté scientifique ? telle est aussi la thèse du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat), dont le prochain rapport général d'évaluation, particulièrement attendu, devrait être publié courant 2014 ? favoriserait-il, sinon l'augmentation de leur fréquence, en tout cas leur intensité inhabituelle. De là à lui imputer le tsunami qui a dévasté une partie des côtes japonaises en mars 2011, il y a un pas que les spécialistes du Met Office (Grande-Bretagne) et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) (Etats-Unis) n'ont pas franchi. Et pour cause : ils n'ont pas travaillé sur cette tragédie.

L'étude qu'ils viennent de rédiger n'en devrait pas moins faire date dans l'histoire compliquée de la climatologie. Et accessoirement amener les « climatosceptiques », si prompts à s'enhardir contre le GIEC et d'une façon générale contre tous ceux aux yeux desquels le changement climatique est d'abord la résultante des activités humaines, à faire profil bas. Analysant entre autres les températures outre-Manche en novembre dernier, les deuxièmes plus chaudes à cette époque de l'année en Grande-
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant