Réchauffement climatique : le rapport le plus alarmiste depuis 2007

le
0
Réchauffement climatique : le rapport le plus alarmiste depuis 2007
Réchauffement climatique : le rapport le plus alarmiste depuis 2007

Les impacts du changement climatique se font déjà sentir et ne vont que s'aggraver si rien n'est fait rapidement, a averti lundi le Giec dans son dernier rapport rendu public à Yokohama (Japon), le plus alarmiste depuis 2007.

Insécurité alimentaire, pénurie d'eau, déplacements massifs de populations, risques de conflits: «La probabilité d'impacts graves, étendus et irréversibles s'accroît avec l'intensification du réchauffement», avertit ce réquisitoire intitulé «Changement climatique 2014: impacts, adaptation et vulnérabilité». Le document du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec) de l'ONU, prix Nobel de la paix, est le fruit d'un immense travail - 12.000 publications passées en revue - et constitue l'état des lieux scientifique le plus complet depuis le rapport de 2007.

Depuis lors, le monde s'est réuni sans grand succès à Copenhague, Cancun puis Durban, pour tenter de trouver un accord international contraignant afin de lutter contre le réchauffement. Le prochain rendez-vous mondial se déroulera à Paris en 2015 avec en guise de «livre de chevet» le «Résumé pour décideurs», une synthèse du rapport du Giec.

Le prix de l'inaction serait catastrophique. Les travaux du Giec (195 pays) servent de base à ces difficiles négociations internationales sur le financement des actions d'adaptation et la réduction des gaz à effet de serre. L'objectif est de limiter le réchauffement à 2°C en moyenne par rapport aux niveaux pré-industriels, la planète ayant déjà pris 0,8°C et la trajectoire actuelle nous conduisant vers +4°C à la fin du siècle.

«Nous ne sommes pas préparés aux risques liés au changement climatique», a estimé Vicente Barros, co-président du groupe de scientifiques auteurs du rapport. Depuis Paris, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a estimé que seules des décisions «rapides et courageuses» pourraient éviter la catastrophe.

«On ne peut se payer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant