Recapitaliser EDF se ferait sans incidence sur le déficit

le
7
UNE RECAPITALISATION D'EDF SANS INCIDENCE SUR LE DÉFICIT PUBLIC
UNE RECAPITALISATION D'EDF SANS INCIDENCE SUR LE DÉFICIT PUBLIC

PARIS (Reuters) - Une éventuelle recapitalisation d'EDF par l'Etat passerait par la vente de participations dans d'autres entreprises et n'aurait aucune incidence sur le déficit public, a déclaré vendredi le ministre des Finances, Michel Sapin.

"Si nous devions recapitaliser toute entreprise publique, (...) nous ne le ferions que par une gestion (...) de nos actifs, c'est-à-dire en vendant d'autres participations dans d'autres entreprises", a-t-il dit sur Radio Classique.

"Il n'est pas question (...) d'augmenter l'endettement de la France (...) Ça se fait à l'intérieur de notre portefeuille", a insisté Michel Sapin.

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a évoqué jeudi la possibilité de venir en aide à EDF pour financer le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point, en Angleterre. Ce soutien, a-t-il précisé, pourrait prendre la forme d'une renonciation au dividende ou d'une augmentation de capital d'EDF, dont l'Etat détient 84,9%.

"Nous n'avons pas décidé à ce jour quoi que ce soit de cette nature", a dit vendredi Michel Sapin. "Nous avons demandé à EDF de faire un certain nombre d'efforts de gestion, et d'efforts dans le choix de ses investissements, et c'est à partir de là que l'Etat prendra ses responsabilités."

EDF peine à boucler le financement du projet Hinkley Point, estimé à 18 milliards de livres sterling (23 milliards d'euros environ) et doit procéder parallèlement à de lourds investissements dans le parc nucléaire français et au rachat de l'activité réacteurs d'Areva, le tout dans un contexte de chute des prix de l'électricité.

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a réfuté des estimations parues dans la presse selon lesquelles le groupe aurait besoin d'une augmentation de capital pouvant atteindre 11,7 milliards d'euros et a répété que le groupe comptait prendre bientôt sa décision concernant Hinkley Point.

(Simon Carraud, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DADA40 le vendredi 18 mar 2016 à 11:29

    Mme Royal refuse des augmentations de tarif à EDF qui en a besoin pour investir dans son parc actuel notamment la sécurisation des barrages et du réseau (sans parler du nucléaire) mais augmente les taxes diverses. Sur mon dernier relevé l'ensemble des taxes s'élèvent à plus de 60%.

  • SM7 le vendredi 18 mar 2016 à 11:02

    La catastrophe économique d'Olkiluoto n'a pas suffit, il va falloir encore aller perdre des Milliards d' € en Angleterre et qui sait où encore !

  • ZvR le vendredi 18 mar 2016 à 10:53

    Accessoirement la perte de capitalisation d'EDF due à cette gestion calamiteuse s'élève à une centaine de milliards d'euros........

  • ZvR le vendredi 18 mar 2016 à 10:51

    Mensonge éhonté. L'état va vendre des participations d'entreprises qui rapportent pour recapitaliser une entreprise mise en difficulté par sa mauvaise gestion. Le déficit va augmenter mécaniquement des dividendes perdus. Ca s'appelle courir après la mauvaise monnaie avec de la bonne.

  • fquiroga le vendredi 18 mar 2016 à 10:44

    et pourquoi le contribuable français paierait pour un EPR en Angleterre?????? Dans EDF il y a France!!!!!!!!

  • paspil le vendredi 18 mar 2016 à 10:42

    l'etat vend ses participations pour investir en Angleterre ... serieusement

  • M3118502 le vendredi 18 mar 2016 à 10:40

    Il y aurait une baisse de la valeur de l'actif net de l'Etat, le déficit ne mesure qu'un aspect des choses. L'Etat s'appauvrirait quand même. Quelle catastrophe ce Sapin.