Recapitalisation d'Areva : l'État fait volte-face

le
0
Trop d'obstacles empêchent la réalisation de l'augmentation de capital initialement programmée avant la fin de l'année. L'opération est repoussée au moins jusqu'au printemps prochain. EDF voudra alors jouer un rôle clé.

Le feuilleton de l'augmentation de capital d'Areva est sur le point de se terminer en queue de poisson : l'opération, programmée avant la fin de l'année, n'aura pas lieu.

Certes, des sources gouvernementales affirmaient lundi encore que les discussions se poursuivaient avec les trois investisseurs potentiels - le japonais Mitsubishi et les fonds souverains du Qatar et du Koweït. Mais plus personne n'y croit vraiment, y compris dans l'entourage du groupe nucléaire. «S'il n'y a pas encore eu de confirmation officielle, c'est tout simplement parce que l'État cherche la ­solution pour permettre à chacun de sortir par le haut. La démarche prend un peu de temps mais elle est indispensable pour ne pas insulter l'avenir», commente un spécialiste du dossier.

Le projet, lancé il y a dix-huit mois, devait porter sur 15% du capital du groupe et lever entre 1,5 et 3 milliards d'euros selon les plans initiaux. De quoi contribuer aux besoins de financement d'Areva, chiffrés

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant