Rebsamen : «Disons que Valls sait être au service de sa popularité»

le
1
Rebsamen : «Disons que Valls sait être au service de sa popularité»
Rebsamen : «Disons que Valls sait être au service de sa popularité»

Longtemps pressenti ministre de l'Intérieur à l'époque de la campagne présidentielle de François Hollande, François Rebsamen semble avoir une dent contre celui qui a finalement décroché le poste. Interrogé dans le JDD sur l'activité débordante de Manuel Valls pendant ses vacances, le maire de Dijon laisse échapper une pique. «Disons qu'il sait être au service de sa popularité», répond simplement l'ami du Président. Et d'ajouter: «C'est sa méthode et visiblement elle lui réussit plutôt».

En mai dernier, alors que les incidents du Trocadero lors de la fête gâchée du PSG agitaient la classe politique, François Rebsamen n'écartait pas l'éventualité d'une part de responsabilité du ministre de l'Intérieur.

«La succession d'Ayrault n'est pas ouverte»

Alors que certains espèrent un éventuel remaniement au sein du gouvernement et un changement de Premier ministre, François Rebsamen tranche: «La succession d'Ayrault n'est pas ouverte.» En avril, le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, avait fait parler de lui en assurant souhaiter un «nouveau temps du quinquennat», au risque d'irriter l'Elysée et Matignon. Ses prises de parole à contre-courant semblaient à l'époque séduire l'aile gauche du parti. Mais le champion reste Manuel Valls, que les Français plébiscitent dans plusieurs sondages.

En mars, le maire de Dijon s'était également illustré par son «conseil» à Jean-Marc Ayrault: «Vire-moi un ministre. N'importe lequel, mais, au moins, fais un exemple. Tous les jours il y a des annonces prématurées, et même contradictoires. Là, ils s'arrêteront», relatait Le canard enchaîné. Des propos que François Rebsamen a totalement assumé.

Ce dimanche, le chef de file des sénateurs socialistes estime que la majorité, au pouvoir depuis juin 2012, a «péché dès le début par l'absence de pédagogie sur la situation de notre pays», affirme-t-il. «Je l'ai dit au président de la République. Lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le dimanche 11 aout 2013 à 19:37

    Hollande et son équipe doivent maintenant composer avec une situation économique dont tout indique qu’ils ne sont pas équipés pour la comprendre. Il n’y a pas besoin de fouiller très loin pour trouver les traces laissées par nos truands en culotte courte. Comme une nappe encore tachée de Nutella, les articles de presse sont encore chauds dans les quotidiens et dans les flux RSS des lecteurs numériques, et ils ne laissent aucun doute sur l’impérieuse incompétence de nos dirigeants.