Rebrov-Chevtchenko, les bébés flingueurs

le
0
Rebrov-Chevtchenko, les bébés flingueurs
Rebrov-Chevtchenko, les bébés flingueurs

À la fin des années 90, l'espace de deux ans, le duo Serhiy Rebrov-Andrei Chevtchenko a déstabilisé toute l'Europe à la tête de l'attaque du Dynamo Kiev de Lobanovski. Avec, en guise de récompense, une demi-finale perdue de peu face au Bayern Munich. Retour sur cette période dorée à l'heure où Rebrov guide le Dynamo vers une possible nouvelle demi-finale européenne.

On ne va pas se mentir : la vraie grosse saveur de la campagne de Ligue des champions du RC Lens en 1998-99, ça n'a jamais été Mickaël Debève qui secoue sa tignasse de chanteur de rock-variétés après avoir repris un centre au deuxième poteau face à Arsenal à Wembley. L'attaque du Dynamo Kiev composée par Serhiy Rebrov et Andrei Chevtchenko, ça, c'était quelque chose... À dire vrai, ils sont sans doute nombreux du côté de Félix-Bollaert à avoir eu ce sentiment de fascination-répulsion à l'idée de voir évoluer le duo de voltigeurs ukrainiens face aux Sang et Or. Et comment ne pas les comprendre. Un an auparavant, un soir de novembre 1997, la paire Rebrov-Chevtchenko s'était signifiée à l'Europe de la plus belle des manières. Pour le compte de la quatrième journée de Ligue des champions, le FC Barcelone affronte le Dynamo Kiev au Camp Nou. Les Blaugrana, à la peine dans ce groupe C avec un seul point dans l'escarcelle, souhaitent reprendre un peu de confiance et, surtout, laver l'affront du 3-0 que les ouailles de Van Gaal ont subi deux semaines auparavant au stade olympique de Kiev. Raté : le Dynamo Kiev met une encore plus grosse branlée au Barça en lui infligeant un 0-4 à domicile. Trois buts de Chevtchenko, un de Rebrov. Un modus operandi qui va terroriser l'Europe entière pendant près de deux ans.
Passe de Rebrov, but de Chevtchenko et on recommence
Malgré les espoirs générés par les deux énormes performances face au Barça, le Dynamo Kiev ne confirme pas en Ligue des champions : en quarts de finale, il tombe lourdement (5-2 sur les deux matchs) face à une Juventus championne en titre et future finaliste de la compétition. Le duo Rebrov-Chevtchenko repart néanmoins en ayant scoré à onze reprises (six fois pour le premier, cinq pour le second). L'exercice suivant, le Dynamo Kiev sort une nouvelle fois premier de sa poule de Ligue des champions, notamment en battant Arsenal à domicile sur le score de 3-1 (dont deux buts signés Rebrov-Sheva). En quarts, ils affrontent à nouveau le tenant du titre : le Real Madrid avec Davor Šuker, Predrag Mijatović, Clarence Seedorf et Raúl. Mais la révolution est déjà en marche. À Santiago-Bernabéu, les deux formations se neutralisent (1-1), et les Madrilènes font clairement une mauvaise affaire, obligés de s'imposer dans cette citadelle imprenable qu'est le stade olympique de Kiev, où 80 000 supporters déchaînés s'amassent chaque semaine.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant