Rebond des résultats de CASA au 3e trimestre

le
0
HAUSSE DES RÉSULTATS DE CASA AU 3E TRIMESTRE
HAUSSE DES RÉSULTATS DE CASA AU 3E TRIMESTRE

par Matthias Blamont et Leigh Thomas

PARIS (Reuters) - Crédit agricole S.A. a publié jeudi des résultats en hausse au titre du troisième trimestre, portés notamment par la progression de ses revenus à l'international et dans ses activités d'assurance et de gestion d'épargne, après un deuxième trimestre plombé par une charge liée à la situation de sa partenaire portugaise Banco Espirito Santo.

En août, la banque BES, dont CASA était le deuxième actionnaire avec 14,6% du capital, a été scindée en deux et recapitalisée.

La structure cotée du Crédit agricole, qui a ramené à zéro la valeur de sa participation dans la banque portugaise, avait été contrainte de passer une charge exceptionnelle de 708 millions d'euros dans ses comptes du deuxième trimestre.

Le directeur général de CASA, Jean-Paul Chifflet, a déclaré à des journalistes qu'il attendait toujours les conclusions d'une enquête ouverte au Portugal destinée à identifier d'éventuelles responsabilités dans la chute du groupe bancaire.

"Nous nous réservons toute capacité à poursuivre le ou les intéressés, il n'y a pas de plainte contre X au Portugal, il nous faut des éléments et nous sommes en liaison permanente avec la Banque (centrale) du Portugal qui suit ce dossier de très près", a-t-il dit.

Entre juillet et septembre, le produit net bancaire de CASA a augmenté de 4% à 4,01 milliards d'euros. Le résultat net affiche une hausse de 4,1% à 758 millions.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un PNB de quatre milliards d'euros et un bénéfice net de 697 millions.

LA FRANCE À LA PEINE

Les revenus du pôle banque de proximité à l'international s'inscrivent en hausse de 4,3% à 630 millions d'euros, soutenus notamment par l'activité du réseau italien Cariparma dont le PNB monte de 3,7%, tandis que ceux du pôle gestion de l'épargne et assurances ressortent en croissance de 1,1% à 1,24 milliard.

En France, où la conjoncture tourne au ralenti, LCL a vu ses revenus reculer de 4,6% à 899 millions d'euros.

Les caisses régionales ont fait preuve de davantage de résilience avec un PNB, pour le groupe Crédit agricole, en augmentation de 1,3%, à 7,6 milliards d'euros.

"Le contexte économique en France reste dégradé (...) et nos prévisions de croissance pour 2014 et 2015 restent basses. Les signes de reprise se font attendre, le taux de chômage est élevé, le marché immobilier se corrige, le déficit public continue de déraper et les économies de dépense publique sont insuffisantes", a souligné Jean-Paul Chifflet.

"L'absence de visibilité et le manque de lisibilité dans la politique économique sont des facteurs qui pèsent sur la confiance, donc sur l'investissement, et donc sur l'activité économique", a-t-il ajouté, en allusion au bilan du gouvernement alors que le président François Hollande arrive ce jeudi à mi-mandat.

Les économistes de CASA anticipent une croissance du produit intérieur brut en France de 0,5% cette année et de 1% en 2015.

CASA a annoncé avoir renforcé ses provisions pour litiges à hauteur de 60 millions d'euros au troisième trimestre, une décision qui porte le montant total de ses provisions à 1,1 milliard d'euros.

Le groupe discute avec les autorités américaines de possibles infractions aux règles d'embargo visant les transactions en dollar édictées par Washington. Fin juin, BNP Paribas, lourdement mis en cause par la justice américaine dans ce type d'infraction, a accepté de s'acquitter d'une amende record de 8,97 milliards de dollars et de plaider coupable de deux chefs d'accusation.

Pressé de dire à quel niveau d'avancement se situaient les pourparlers entre CASA et la justice américaine, Jean-Paul Chifflet a répondu que les échanges se poursuivaient et qu'il était impossible de déterminer, à ce stade, à quel moment ils prendraient fin.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant