Rebond des Bourses européennes avec l'emploi US et l'Allemagne

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse vendredi, soutenues par les commandes à l'industrie meilleures que prévu en octobre en Allemagne et les chiffres de créations d'emploi aux Etats-Unis en novembre, à un plus haut de près de trois ans.

À Paris, le CAC 40 a gagné 95,59 points, soit 2,21% à 4.419,48 points. Le Footsie britannique a pris 0,95% à 6.742,84 points et le Dax allemand 2,39% à 10.087,12 points, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a terminé sur un gain de 2,70% et le FTSEurofirst 300 1,77%

Sur l'ensemble de la semaine le CAC 40 a gagné 0,67%.

En Allemagne, les commandes à l'industrie ont été meilleures que prévu en octobre et la révision à la baisse des prévisions de croissance de la Bundesbank n'a pas altéré le sentiment des investisseurs quant à la solidité de la première économie de la zone euro.

Les créations d'emploi aux Etats-Unis ont atteint en novembre leur plus haut niveau depuis près de trois ans avec 321.000 postes non-agricoles, contre 230.000 attendus.

"Nous savions que l'économie américaine allait de mieux en mieux, mais ces chiffres sont très solides. Cela alimente véritablement le sentiment haussier sur le marché", a commenté Pierre Martin, trader chez Saxo Bank.

Dans le rapport sur l'emploi publié vendredi par le département américain du Travail, des signes montrent que l'amélioration sur le front de l'emploi commence à se traduire par une progression des salaires, un facteur déterminant pour le calendrier que choisira la Fed pour relever ses taux, maintenus à des niveaux historiquement bas depuis décembre 2008.

Sur le marché des changes, l'euro poursuit sa glissade (-0,60%) face au billet vert, à 1,2303 dollar, pénalisé par des anticipations sur un relèvement avant juillet 2015 des taux de la Fed. En Europe, le président de Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a annoncé jeudi que l'institution ne prendrait aucune décision avant 2015 sur d'éventuels rachats de dette souveraine.

Le Brent de mer du Nord, toujours sous le seuil des 70 dollars, accentue ses pertes avec un repli de 0,92% à 69 dollars, les pays de l'Opep refusant de réduire leur production malgré une surabondance de l'offre.

Sur le plan sectoriel, les titres parapétroliers continuent de souffrir du recul de plus de 30% des prix du brut depuis le mois de juin.

Seadrill a perdu 5,61% et Saipem 6,24%, signant les plus fortes baisses de l'Eurofirst 300. Le titre du groupe de services pétroliers italien a été suspendu à la Bourse de Milan à la mi-journée en raison de pertes excessives qui pourraient être liées à l'abandon du projet de gazoduc russe South Stream, d'un coût de 40 milliards de dollars.

Les valeurs bancaires figurent parmi les plus fortes hausses, Intesa Sanpaolo étant en tête de l'Eurofirst 300 avec un gain de 7,05%.

D'autres titres vedettes en Europe comme AB Inbev, Daimler et Vodafone ont également soutenu la tendance avec une progression d'environ 3% chacun.

Sur le CAC 40, Vinci, Orange et BNP Paribas forment le tiercé gagnant, sachant qu'une aucune valeur de l'indice parisien n'a terminé dans le rouge.

(Claude Chendjou pour le service français, avec Blaise Robinson, édité par Patr)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant