Rebond de la Bourse suisse (+3%), chute de Shanghai en matinée (-7%)

le
1

La Bourse suisse se remettait lundi de sa baisse des deux précédentes séances, tandis que la Bourse de Shanghai chutait lourdement.
La Bourse suisse se remettait lundi de sa baisse des deux précédentes séances, tandis que la Bourse de Shanghai chutait lourdement.

Après sa forte chute en fin de semaine dernière, la Bourse suisse retrouvait des couleurs lundi matin. Le Swiss Market Index (SMI) regagnait ainsi 3,30% à 12h. À l'autre bout du monde, la place de Shanghai a quant à elle lourdement chuté, clôturant à -7,70% lundi 19 janvier.

La nervosité des investisseurs s'illustre désormais chaque semaine à travers la forte volatilité de certains indices nationaux.  Particularité de ces dernières semaines : les chutes boursières restent globalement cantonnées à l'échelle nationale.

Suisse : rebond de +3%

L'événement majeur de la semaine dernière était la double chute de la place suisse. L'indice SMI s'était contracté de 8,67% jeudi dernier, puis à nouveau de 5,96% vendredi 16 janvier, alors que la Banque Nationale de Suisse avait surpris les investisseurs en supprimant sans prévenir le plancher de parité entre l'euro et le franc suisse. Les autres places européennes n'avaient finalement pas souffert de cet événement, malgré un bref mouvement de panique lors de l'annonce jeudi matin.

Lundi 19 janvier, le rebond technique était de mise sur les valeurs suisses. L'indice SMI s'affichait en hausse de 3,30% à 12h, alors que les autres places européennes connaissaient une évolution très modérée autour de leur précédent niveau de clôture.

Julius Baer, valeur bancaire ayant subi une double chute vertigineuse de 11,46% jeudi et 14,58% vendredi, rebondissait de plus de 6% lundi à 11h45. Parmi les 20 valeurs composant l'indice, une seule valeur s'affichait en baisse lundi à la même heure : CS Group (-0,16%), faisant également partie du secteur bancaire. L'action avait également lourdement chuté lors des deux précédentes séances : -10,99% jeudi et -9,24% vendredi, et ne parvenait pas à se reprendre.

Bourse de Shanghai : -7,70% en clôture

Beaucoup plus surprenante a été la chute vertigineuse de la Bourse de Shanghai, clôturant à -7,70% lors de la séance de lundi. La chute est restée cantonnée au SSE Composite Index chinois ainsi qu'à la Bourse de Shenzhen (seconde place du pays, en baisse de 3,39%) sans perturber les autres places asiatiques, à l'exception de la place de Hong-Kong, où le Hang Seng Index a clôturé en baisse de 1,51%. Le Nikkei 225 japonais a quant à lui clôturé en hausse de 0,89%.

La baisse chinoise était due à l'annonce en début de week-end de sanctions prises par l'organe de régulation des marchés chinois contre trois courtiers qui se seraient rendus « coupables d'infractions sur les transactions », expliquait ce matin l'AFP. Ces trois agences de courtage étaient Citic Securities, Haitong Securities et Guotai Junan Securities. « Elles ont été reconnues coupables d'avoir violé les règles concernant des opérations sur marge, alors que les courtiers se bousculent en bourse pour lever du capital », soulignait la même source.

L'AFP relevait également qu'une telle chute ne s'était pas vue sur la Bourse de Shanghai depuis six ans (10 juin 2008). L'indice a chuté lundi 19 janvier jusqu'à plus de 8% en cours de séance.

La finance chinoise dans le collimateur

L'incident survenu ce matin soulève le risque parfois mal perçu depuis l'étranger autour de la place chinoise. La Bourse de Shanghai a connu une année 2014 extrêmement positive, s'adjugeant plus de 50% en 12 mois. Encore à environ 2100 points fin 2013, l'indice a clôturé le 31 décembre à 3234 points.

La Bourse chinoise a été portée en fin d'année dernière par la chute des cours du pétrole ainsi que par une baisse des taux directeurs de la Banque centrale chinoise, qui avait galvanisé les marchés le 21 novembre dernier. Soutenue également par un secteur financier extrêmement dynamique, la Bourse a ainsi pu décoller à de nouveaux plus hauts encore jamais atteints. Néanmoins le secteur financier chinois est très opaque et très « leveragé » (la croissance se fait de plus en plus par la dette et l'effet de levier), ce qui peut provoquer de forts mouvements de repli lorsque des inquiétudes, même mineures, surgissent sur le secteur financier comme c'était le cas lundi 19 janvier.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fano2014 le lundi 19 jan 2015 à 12:30

    Après une chute de 14,63% entre jeudi et vendredi, 3,3% de hausse ce matin ne peut guère considéré comme un fort rebond. Tout au plus comme une correction ou un réajustement.