Rébellion : un «antifa» relâché et convoqué en septembre

le
2
Le dernier gardé à vue de la manifestation en mémoire de Clément Méric, au cours de laquelle des vitrines ont été brisées, est convoqué pour rébellion en septembre. Un traitement différent de celui réservé au militant de la Manif pour tous condamné en comparution immédiate et immédiatement écroué.

L'un des quinze militants interpellés au cours de la manifestation «antifa», dimanche dernier, sera jugé pour rébellion. Lors de cette manifestation en mémoire de Clément Méric, des dégradations de biens immobiliers ont été perpétrées ainsi que plusieurs vitrines cassées dans le quartier de l'Opéra.

Sur quinze interpellations, seules deux ont mené à une garde à vue. La première personne, arrêtée pour port d'arme prohibé, a été relâchée moins de vingt-quatre heures plus tard. L'interpellation de la seconde personne, un homme de 34 ans, a été mouvementée, si bien qu'il a été gardé à vue pour «rébellion» en même temps que «manifestation non autorisée». Il a été li...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le jeudi 27 juin 2013 à 04:31

    Comment disait Churchill déjà ? Ah oui : « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. » Il se peut que demain soit aujourd’hui.

  • phiphou le mercredi 26 juin 2013 à 23:28

    Deux poids deux mesures....il est donc préférable d'être un extrêmiste gauchiste qu'un manifestant contre une loi défendant des intérêts ultra-minoritaires. La dictature serait elle en train de prendre le pas en Françe ?