Real Madrid/Liverpool, les titans qui s'évitent.

le
0
Real Madrid/Liverpool, les titans qui s'évitent.
Real Madrid/Liverpool, les titans qui s'évitent.

Ils sont beaux, ils sont grands, ils sont vieux. Real Madrid comme Liverpool sont deux des mastodontes du football européen. Aussi étrange qu'une crêpe sans beurre, ils ne se sont pourtant rencontrés qu'à trois reprises. Retour sur une anomalie de l'histoire.

Real Madrid et Liverpool boxent dans la même catégorie : celle des fanions racés. Respectivement première et troisième armoires à trophées de la Ligue des champions, les deux clubs se pavanent avec dix et cinq trophées. Au niveau national, idem : les Merengues ont remporté à 32 reprises la Liga, alors que les Reds en sont à 18 éditions de Premier League. Les records, les titres, les joueurs de légende... Rien ne manque à ces deux mastodontes européens. Seule incongruité au tableau, Madrilènes et Liverpudliens ne se sont retrouvés face à face qu'à trois reprises tout au long de l'histoire. Avant ce mercredi soir, le bilan est sans nuance, manichéen : les gars de la Mersey ont à chaque fois fessé les riverains du Manzanares. Trois victoires en C1 dont l'une, la première, avait offert le troisième titre de l'alors Coupe des clubs champions européens au LFC. Suite à cette finale au Parc des Princes de 1981, il a fallu attendre 2009 et une double confrontation en huitièmes de finale pour revivre tel choc. Un choc qui, en plus d'être succulent, s'annonce historique.
Liverpool, bête rouge merengue
Shorts courts, maillots en laine, Kaiser en vogue... Plus que ses images en basse définition, la finale de la Coupe des champions 1981 rappelle un football où les moustaches avaient la part belle. Pour cette 26e édition de la Coupe d'Europe, rendez-vous est pris le 27 mai au Parc des Princes. Contrairement à leurs statuts actuels, l'épouvantail n'est pas blanc. Les Reds, après deux victoires en 1977 et 78, souhaitent de nouveau être couronnés rois du Vieux Continent. Le Real, lui, sort d'une période glaciaire. Depuis 1966, son nom n'apparaît plus lors du dernier match de l'épreuve : une humiliation pour Santiago-Bernabéu et ses rêves de grandeur. Sur le pré parisien se retrouvent quelques Scousers légendaires comme Kenny Dalglish, Alan Kennedy ou Bob Paisley, chef de meute de cette joyeuse troupe. Côté madrilène, Juanito, Santillana ou Del Bosque composent le XI du Serbe Vujadin Boškov. Au terme d'une finale qui ne fournira pas les annales de l'UEFA, un but du latéral gauche, le bien nommé Kennedy, dans les dix dernières minutes offre le trophée aux Anglais. Le Real va hiberner de nouveau, Liverpool remportera lui sa quatrième C1 trois saisons après.

Au millénaire suivant, l'Euro a fait son arrivée et la livre fait toujours de la résistance. Liverpool également. Le Real...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant