REACTIONS-France-Patronat prudent sur la réforme du code du travail

le
0

PARIS, 4 novembre (Reuters) - Les organisations patronales ont salué du bout des lèvres les projets de réforme du code du travail présentés mercredi par le gouvernement ( ID:nL8N12Z2WZ ), qu'elles jugent insuffisants. Les syndicats ont fait montre de la même prudence, en attendant notamment de connaître le contenu concret de la réécriture des chapitres consacrés à l'organisation du temps de travail, programmée pour 2016. Pour LE PRÉSIDENT DU MEDEF, PIERRE GATTAZ, "les annonces d'aujourd'hui vont dans le bon sens mais doivent aller plus loin". Dans un communiqué, il invite le gouvernement à ne pas rater une "opportunité historique" et lance un appel à une "réforme ambitieuse". LA CGPME juge que les orientations annoncées relèvent plus d'une "évolution" que d'une "révolution" et s'inquiète de certaines d'entre elles, comme l'extension du principe de l'accord majoritaire. "Le passé nous a malheureusement appris à être prudents", ajoute-t-elle dans un communiqué. L'UNION PROFRESSIONNELLE ARTISANALE (UPA) a accueilli "positivement" les orientations gouvernementales, tout en jugeant l'ampleur et le rythme de la réforme "en deçà des attentes des entreprises". Cette organisation patronale salue notamment la volonté du gouvernement de renforcer le rôle des branches professionnelles, qui "répond clairement à une demande de l'UPA". LE PRÉSIDENT DE LA CONFÉDÉRATION DE L'ARTISANAT ET DES PETITES ENTREPRISES DU BÂTIMENT (CAPEB), Patrick Liébus, a salué l'attention portée aux PME et très petites entreprises (TPE). Certaines orientations annoncées "vont dans le bon sens" mais ne suffisent pas à rassurer ces employeurs, écrit-il cependant dans un communiqué. Pour la CFDT, la réforme proposée "peut constituer un progrès social pour les salariés". Elle estime par ailleurs que le renforcement du rôle de la négociation d'entreprise doit passer par la conclusion d'accords majoritaires. FORCE OUVRIÈRE salue l'assurance donnée par le gouvernement qu'il n'y aura pas d'inversion de la hiérarchie des normes. Mais "il conviendra d'être prudent (...) dans la mesure où nombre d'ambiguïtés ou de contradictions demeurent". Même prudence du côté de la CFTC, qui se réjouit du renforcement du rôle des branches professionnelles. Elle estime en revanche que la généralisation des accords majoritaires sera un "frein" à la conclusion d'accords apportant de nouvelles protections aux salariés et elle promet de veiller à ce que l'allègement du code du travail "ne rime pas avec 'affaiblissement' des droits des salariés". (Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant