REACTIONS en France au référendum britannique

le
4
 (Actualisé avec autres réactions) 
    PARIS, 24 juin (Reuters) - Voici les principales réactions 
en France vendredi au référendum au Royaume-Uni sur l'Union 
européenne, qui se solde par la victoire du camp favorable à la 
sortie de l'UE ("Brexit") : 
     
    JEAN-MARC AYRAULT, ministre des Affaires étrangères, sur 
Twitter : 
    "Triste pour le Royaume-Uni. L'Europe continue mais elle 
doit réagir et retrouver la confiance des peuples. C'est 
l'urgence" 
    ----- 
    THIERRY MANDON, secrétaire d'Etat à l'Enseignement 
supérieur, sur BFM TV : 
    "La priorité absolue est un projet de ressaisissement de 
l'Europe. 
    "Il faut partir de ce vote qui dit des choses sur l'Europe, 
qui ne dit pas seulement des choses sur les Anglais et l'Europe. 
Il faut reconstruire (...) petit à petit un projet qui réponde à 
ces difficultés-là : une gouvernance beaucoup plus forte (...) 
et un projet qui ne peut pas être seulement le commerce libéré." 
    ---- 
    ALAIN JUPPÉ, maire (Les Républicains) de Bordeaux, candidat 
à l'investiture présidentielle à droite, sur Europe 1 : 
    "C'est un choc historique pour la Grande-Bretagne, d'abord, 
son peuple est souverain, il a fait son choix, à lui maintenant 
de gérer les défis qu'il va avoir à relever. C'est un choc 
historique pour nous aussi. 
    "Je crois que la plus grosse erreur que nous pourrions faire 
ce serait de laisser entendre qu'à 27 on va continuer comme 
avant. 
    "Il faut écrire une nouvelle page, un nouveau chapitre de 
l'Histoire de l'Europe, parce que les messages viennent de 
partout, pas seulement de Grande-Bretagne." 
    ---- 
    FRANÇOIS FILLON, député (Les Républicains) de Paris, 
candidat à l'investiture présidentielle à droite, dans un 
communiqué : 
    "Le Brexit est un coup de tonnerre pour l'Union européenne. 
C'est le fonctionnement bureaucratique de l'UE qui est condamné 
et son impuissance à répondre aux grands défis de notre temps. 
Le vote des britanniques ne doit pas être méprisé. La sanction 
aurait pu venir d'ailleurs car l'idéal européen tourne à vide 
depuis plusieurs années." 
    ---- 
    MARINE LE PEN, présidente du Front national, sur Twitter : 
    "Victoire de la liberté ! Comme je le demande depuis des 
années, il faut maintenant le même référendum en France et dans 
les pays de l'UE" 
    ---- 
    FLORIAN PHILIPPOT, vice-président du FN, sur France Info : 
    "Il est nécessaire d'entendre ce Brexit et de le transformer 
rapidement en un débat et un référendum en France. 
    "On a rendez-vous avec l'Histoire, on voit bien qu'on est en 
train de vivre un moment absolument historique et qu'il faut 
entendre les peuples. 
    "On ne peut plus continuer comme cela à avancer contre eux, 
malgré eux, et je pense qu'il y aura des avancées dans les 
différents pays de l'Union européenne et que cette Union 
européenne est morte." 
    ---- 
    BRUNO LE MAIRE, député (Les Républicains) de l'Eure, 
candidat à l'investiture présidentielle à droite, sur iTELE : 
    "Le référendum du Front national, c'est un référendum 
négatif, ils s'engouffrent dans la brèche. (...) On le connaît 
le résultat, ce sera forcément non. 
    "Ma proposition est une proposition responsable et positive. 
D'abord on réinvente le projet (...) et on le soumettra au 
peuple français." 
    ---- 
    NICOLAS DUPONT-AIGNAN, président de Debout la France, dans 
un communiqué : 
    "C'est une joie immense, une très belle victoire. Le peuple 
renoue avec sa liberté. Cette décision sera un accélérateur de 
l'Histoire car nous allons voir que cela ne provoque aucun 
chaos. 
    "Cet événement, un électrochoc positif, replace la question 
européenne au centre de la prochaine présidentielle puisque nos 
difficultés sont liées à notre soumission." 
    ---- 
    FRANÇOIS BAYROU, président du MoDem, sur BFM TV : 
    "C'est une onde de choc terrible pour la Grande-Bretagne, 
qui va naturellement se propager en Europe, qui appelle des 
réactions d'hommes d'Etat, pas de gens qui veulent suivre 
l'opinion. 
    "La Grande-Bretagne est entrée dans une décennie qui va être 
très dangereuse pour elle. Vous allez avoir des forces de 
dislocation à l'intérieur même du Royaume-Uni." 
    ---- 
    JEAN-CHRISTOPHE LAGARDE, président de l'UDI (centriste), sur 
Twitter : 
    "La première réaction de l'UE doit être de maintenir la 
porte ouverte à l'Ecosse et l'Irlande du Nord. Ce vote offre à 
l'UE l'occasion de redéfinir ses missions. Accepter deux Europe, 
économique et politique, recentrées sur l'essentiel." 
   ---- 
    PARTI DE GAUCHE, dans un communiqué : 
    "C'est un séisme pour l'UE. Un peuple d'Europe de plus a 
manifesté clairement son rejet de cet Union européenne. Depuis 
le refus français du TCE (Traité constitutif de l'Union 
européenne, NDLR) en 2005, c'est toujours le cas dès que les 
peuples sont consultés." 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4947935 le vendredi 24 juin 2016 à 12:23

    Il faut maintenant enfin obtenir la convergence sociale, économique et fiscale des pays de la zone Euro...

  • michevey le vendredi 24 juin 2016 à 11:45

    L'Europe des technocrates de Bruxelles grassement payés et faiblement imposés...!!! n'est pas celle des peuples ! Le référendum Britannique en est une preuve évidente !

  • phili646 le vendredi 24 juin 2016 à 11:28

    Voila ce qui arrive lorsqu'on ne respecte pas la volonté des peuples, INDECIS 1er devrait méditer sur ce thème avec sa loi travail !!!!

  • phili646 le vendredi 24 juin 2016 à 11:00

    Hollande et Sarkozy sur la même estrade pour défendre le traité de Lisbonne, deux irresponsables qui ont ouverts la boite de pandore en ne respectant pas le résultat du référendum !!!!