REACTIONS à la composition du gouvernement Valls II

le
0

PARIS, 26 août (Reuters) - Voici les principales réactions à la composition par François Hollande et Manuel Valls d'un nouveau gouvernement allégé des ministres qui réclamaient un virage à gauche afin de mettre en oeuvre la politique social-démocrate voulue par l'exécutif. LUC CHATEL, secrétaire général de l'UMP, sur France 2 : "La grave crise politique qui s'est ouverte dimanche ne s'achève pas avec la nomination de ce nouveau gouvernement. Aujourd'hui, ce n'est plus une question de casting. La seule question posée, c'est : quelle politique et avec quelle majorité ?" "Voilà pourquoi nous demandons au premier ministre de se présenter devant l'Assemblée nationale et de poser la question de confiance". BRICE HORTEFEUX, ancien ministre proche de Nicolas Sarkozy, sur RTL : "Cette présidence est un désastre et le gouvernement est un gouvernement de désordre. Un gouvernement sans aucune nouveauté, composé essentiellement d'anonymes". "Un gouvernement qui est l'émanation d'une fraction du Parti socialiste, ça ne fait pas en soi une révolution". YVES JEGO, député centriste, sur RTL : "Je ne suis pas sûr que M.Macron ait l'expertise et la force politique pour réussir à imposer les dispositions qui seraient nécessaires". "Je suis sceptique, je ne juge pas à priori. Il faut espérer que le gouvernement réussira, c'est de notre pays dont on parle". YANN GALUT, député PS, sur Twitter: "Un gouvernement Valls II sur une ligne purement social-libérale, une ligne pourtant marginale au sein du PS et encore plus de la gauche". PIERRE LAURENT, secrétaire national du PCF, dans un communiqué : "La démission du gouvernement Valls, cinq mois après son entrée en fonction, était un premier et terrible constat d'échec." "La liste du gouvernement Valls 2 en est un second, tout aussi éclatant, avec une équipe toujours plus étroite politiquement et une politique annoncée plus droitière que jamais, symbolisé par l'arrivée d'Emmanuel Macron, homme-clé des banques et de la finance." MICHELE RIVASI, députée européenne EELV, dans un communiqué : "Le gouvernement Valls 2 marque l'échappée solitaire d'un pouvoir exécutif à bout de souffle, autiste aux cris du peuple éreinté par les cures d'austérité alors même que les organisations internationales telles que le FMI et la Banque mondiale en appellent aujourd'hui à lâcher la bride en matière de politique budgétaire pour éviter une récession au long cours." FLORIAN PHILIPPOT, vice-président du Front national, sur RTL : "C'est l'ultralibéralisme officialisé. Je trouve extrêmement choquante l'arrivée de M. Macron à l'Économie et l'Industrie, c'est clair, c'est l'enterrement définitif de toute idée de progrès économique et social". NICOLAS DUPONT-AIGNAN, dirigeant de "Debout la République" dans un communiqué: "La nomination d'Emmanuel Macron au poste de ministre de l'Economie est un signal clair que François Hollande souhaite continuer dans une politique d'austérité aussi injuste qu'inefficace. Le nouveau patron de Bercy a toujours cautionné une politique de réduction drastique des dépenses publiques au mépris d'une politique de relance pourtant salutaire." (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant