RDC : violence sur fond de présidentielle 

le
0
Les affrontements meurtriers entre les partisans du président Kabila et de son opposant Tshisekedi font craindre le pire.

Dans les immenses banlieues pauvres de Kinshasa, une foule dense s'était massée, samedi matin, au bord des routes. Une foule de petites gens, vivant d'expédients ou de rien, agglutinée pour voir leur champion, Étienne Tshisekedi, candidat à l'élection présidentielle à un tour qui doit se tenir ce lundi. Mais ils ne verront personne. Dans cette ville où la tension est de plus en plus grande, les affrontements ont vite éclaté, entre militants des différents partis, à coups de pierres ou de pieds. La police et l'armée, largement débordées, sont intervenues, tapant ou ouvrant le feu, de préférence sur les supporteurs de l'opposition. Selon des sources diplomatiques, les affrontements auraient fait au moins 6 morts et 17 blessés.

En réponse, le gouverneur de Kinshasa a interdit tous les rassemblements au nom de «l'ordre public ». Joseph Kabila, président sortant et favori autoproclamé, a annulé son meeting. Malgré ce geste, la ficelle a été jugée un peu gros

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant