RDC : une fièvre «hémorragique» fait au moins 13 morts, Ebola suspecté

le
0
RDC : une fièvre «hémorragique» fait au moins 13 morts, Ebola suspecté
RDC : une fièvre «hémorragique» fait au moins 13 morts, Ebola suspecté

Au moins treize personnes sont mortes d'une fièvre hémorragique «d'origine indéterminée» depuis le 11 août dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, pays où a été découvert le virus Ebola qui a fait plus de 1.300 morts en Afrique de l'ouest, a rapporté le ministre de la Santé.

«Les treize personnes décédées ont présenté une fièvre, des diarrhées, des vomissements et, en phase terminale, des vomissements de matières noirâtres», a précisé le Dr Félix Kabange Numbi. La radio onusienne Okapi parle quant à elle de 65 morts en quatre semaines.

Quelque 80 personnes qui ont été en contact avec les malades décédés sont suivies à leur domicile à Boende Moke, Lokolia, Watsikengo et Lokula, localités situées dans la province de l'Equateur (Nord-Ouest), a expliqué le ministre congolais. Elles seront surveillées quotidiennement pendant 21 jours.

En cas de fièvre, diarrhée, vomissement ou toute forme d'hémorragie, elles seront conduites dans des centres de santé, à Lokolia et Watsikengo, a-t-il encore indiqué.

Des analyses en cours

Lokolia et Watsikengo, distantes d'une trentaine de kilomètres, sont les épicentres de la maladie. Les autorités y ont créé des commissions chargées du suivi des malades, de l'hygiène, de l'assainissement et des enterrements sécurisés.

Des prélèvements ont été effectués et doivent être traités à l'Institut national de recherche biomédicale (INRB) ainsi qu'au laboratoire de Franceville, au Gabon, pour déterminer l'orgine exacte de la maladie. «Nous devrions avoir les résultats dans sept jours», a indiqué le ministre.

En outre, un système de soins gratuits a été mis en place et un centre de prise en charge pourrait être aménagé à Lokolia la semaine prochaine.

Les personnels de santé touchés

La première victime de la fièvre hémorragique était une femme enceinte et les douze autres personnes sont décédées après avoir été en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant