RDC-Le report de l'élection représente un danger d'escalade-Ayrault

le
0
 (Actualisé avec autres déclarations) 
    PARIS, 18 octobre (Reuters) - Le report à avril 2018 de 
l'élection présidentielle en République démocratique du Congo 
(RDC), initialement prévue pour novembre, représente un réel 
danger d'escalade, a déclaré mardi le ministre français des 
Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. 
    "Renvoyer à 2018, à une date incertaine, ce n'est pas une 
réponse", a-t-il dit lors d'un rendez-vous avec la presse 
diplomatique à Paris, pointant "des risques de manifestations 
violentes et de répression".  
    "Il n'y a qu'une façon de sortir de la crise, que le 
président Kabila annonce qu'il ne se représente pas et qu'une 
date pour les élections soit fixée", a-t-il ajouté.  
    Le chef de la diplomatie française a précisé que l'option 
des sanctions était sur la table.  
    La Cour constitutionnelle de la RDC a annoncé lundi qu'elle 
approuvait le report de l'élection présidentielle qui était 
théoriquement prévue pour novembre. 
    Sa décision autorise le président Joseph Kabila, dont le 
second et dernier mandat expire le 19 décembre, à rester en 
fonction. 
    Seule une partie de l'opposition, l'Union pour la nation 
congolaise (UNC), s'est accordée ce week-end avec la coalition 
au pouvoir pour reporter l'élection à avril 2018.  
 
 (John Irish, avec Gérard Bon et Marine Pennetier, édité par 
Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant