RDC-La commission électorale saisit la Cour constitutionnelle

le
0
    KINSHASA, 17 septembre (Reuters) - La commission électorale 
de République démocratique du Congo (Ceni) a saisi samedi la 
Cour constitutionnelle pour reporter l'élection présidentielle 
initialement prévue en novembre. 
    Le deuxième mandat du président Joseph Kabila expire en 
décembre et la Constitution lui interdit de briguer un nouveau 
mandat. La Ceni (Commission électorale nationale indépendante) 
estime cependant que les listes en vue du prochain scrutin ne 
seront pas prêtes avant juillet 2017.  
    L'opposition accuse Kabila, à la tête du pays depuis 2001 
après l'assassinat de son père, de chercher ainsi à s'accrocher 
au pouvoir, ce que dément le camp présidentiel.  
    Les alliés du chef de l'Etat assurent qu'il respectera la 
Constitution.  
    Joseph Kabila a appelé à des discussions entre ses alliés, 
l'opposition et la société civile quand il est apparu clair que 
le calendrier du processus électoral ne serait pas respecté.  
    Cette semaine, les participants à ce "dialogue national" ont 
conclu un accord de principe sur la formation d'un gouvernement 
intérimaire comprenant des membres de l'opposition afin de 
gouverner le pays jusqu'à la tenue de prochaines élections.  
    Plusieurs personnalités de l'opposition participant aux 
pourparlers ont cependant rejeté une proposition de la Ceni de 
repousser l'élection présidentielle à la fin de l'année 2018.  
    "Une transition de deux ans est inacceptable", a déclaré 
Vital Kamerhe, l'un des principaux négociateurs de l'opposition. 
    Ces discussions, boycottées par la plupart des grands partis 
d'opposition congolais, seront vouées à l'échec si les 
interlocuteurs ne parviennent pas à s'entendre sur un 
calendrier.  
     
 
 (Amedee Mwarabu; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant