RDC : 17 morts à Kinshasa avant une manifestation anti-Kabila, trois policiers tués

le , mis à jour à 17:29
0
RDC : 17 morts à Kinshasa avant une manifestation anti-Kabila, trois policiers tués
RDC : 17 morts à Kinshasa avant une manifestation anti-Kabila, trois policiers tués

Des heurts sanglants ont opposé lundi matin de jeunes manifestants d'opposition à la police anti-émeute à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila. Le dernier bilan fait état de 17 morts selon le ministre de l'Intérieur congolais, Evariste Boshab, dont 14 civils et 3 policiers. La manifestation prévue n'a pas eu lieu. Un peu plus tôt dans la journée, Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, avait annoncé son annulation.

 

Vers 11 heures (midi à Paris), les policiers dispersaient à coup de grenades lacrymogènes plusieurs centaines de personnes qui leur lançaient des pierres et tentaient d'avancer vers le Palais du Peuple (Parlement), selon des journalistes sur place. Un peu plus tôt, sur une grande artère du centre de la capitale de la République démocratique du Congo, des affrontements similaires avaient mis aux prises les forces de l'ordre et quelques dizaines de manifestants lançant en français ou en lingala des «Kabila akende !» et «Kabila dégage !»

 

Au milieu des effluves roses des gaz tirés par les forces de l'ordre, émergeaient des drapeaux blanc et bleu de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti d'Étienne Tshisekedi, figure historique de l'opposition congolaise. Avant les affrontements, des journalistes ont vu un minibus et une voiture incendiés à Limete, le quartier du siège de l'UDPS, dans le centre-ouest de Kinshasa.

 

 

nullRDC Incidents signalés à Kinshasa. Le siège du PPRD (parti Kabila) incendié à Limete pic.twitter.com/WYTh1wdXcu

— infos140 (@infos140) 19 septembre 2016

 

 

 

A l'échangeur de Limete, point de départ de la manifestation censée commencer à 13 heures (14 heures à Paris), des manifestants ont mis le feu à une affiche montrant un portrait géant du président appelant au «dialogue» pour surmonter la crise politique que traverse le pays depuis sa réélection ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant