RD Congo-La mort de deux casques bleus attribuée à l'armée

le
0
    NATIONS UNIES, 4 février (Reuters) - Ce sont des soldats de 
l'armée congolaise, et non des rebelles islamistes, qui ont tué 
deux casques bleus tanzaniens de la Monusco en mai dernier dans 
l'est de la République démocratique du Congo (RDC), selon un 
rapport confidentiel du Conseil de sécurité de l'Onu que Reuters 
a pu consulter. 
    A l'origine, les rebelles islamistes ougandais de Forces 
démocratiques alliées (ADF) avaient été tenus pour responsables 
de cette attaque du 5 mai 2015, au cours de laquelle plusieurs 
civils avaient aussi été tués et 26 soldats de l'Onu blessés. 
    Selon le rapport d'un groupe d'experts, ce sont des soldats 
des Forces armées de la République démocratique du Congo 
(FARDC)qui ont ouvert le feu sur les casques bleus près de la 
localité de Mayi Moya, au nord de Beni, dans la province du 
Nord-Kivu. 
    Deux civils de la région avaient affirmé aux militaires des 
FARDC que les hommes de l'Onu fournissaient du matériel aux 
rebelles ougandais, ajoute le rapport. 
    Les experts ajoutent que les soldats tanzaniens de la 
Monusco avaient bien rencontré des hommes de l'ADF, pour une 
raison qui n'a pas été éclaircie. 
    L'est du Congo, où un conflit a fait des millions de morts 
entre 1998 et 2003, reste le théâtre d'affrontements de nombreux 
groupes armés qui s'en prennent à la population. 
 
 (Michelle Nichols avec Aaron Ross à Kinshasa et Fumbuka 
Ng'wanakilala en Tanzanie; Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant