RD Congo: la brusque envolée des prix de l'internet passe mal

le
0
RD Congo: la brusque envolée des prix de l'internet passe mal
RD Congo: la brusque envolée des prix de l'internet passe mal

Le mécontentement gronde parmi la population face à une envolée brutale des prix de l'internet en République démocratique du Congo, où gouvernement et opérateurs de télécommunications se renvoient mutuellement la responsabilité de cette hausse.Fin mai, le groupe sud-africain Vodacom, premier opérateur de télécommunications du pays a commencé à faire payer 100 dollars (88 euros) au lieu de 28 dollars son forfait mensuel pour 4 Gbit de données.Chez le groupe français Orange, numéro 2 avec le rachat et l'intégration en cours de son concurrent Tigo, le forfait équivalent a presque doublé, passant de 35 à 62 dollars, tandis que le prix du forfait 5 Gbit triplait chez Airtel, filiale du groupe indien Bharti.Pour le même prix qu'avant, "je n'arrive plus à télécharger que trois fichiers" de schémas, se plaint Lupsin Enginzi, étudiant en architecture à Kinshasa, à la sortie d'un point de vente."Notre budget a quasiment quintuplé", témoigne Israël Mutala, directeur du site d'agrégation d'informations 7sur7.cd. La fréquentation du site chute et "nous sommes asphyxiés", ajoute-t-il.Un député de la majorité, Patrick Muyaya, a demandé au gouvernement de venir répondre aux questions des élus en séance. Dans un entretien à l'AFP, il invite l'État à prendre des mesures pour faire "baisser au plus bas les prix" de l'accès à internet.L'immense majorité de la population congolaise se débat dans la grande pauvreté et l'accès au web est loin d'être à la portée de tous, mais la hausse généralisée des tarifs entretient une rumeur selon laquelle le gouvernement chercherait à empêcher les gens de communiquer ou de s'informer."Moi je crois que c'est politique", déclare ainsi Ezbora Lubamba, gestionnaire d'un cybercafé, rappelant le "black-out" de janvier 2015, lorsque les réseaux sociaux et services de messagerie avaient été coupés pendant plusieurs semaines, sur ordre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant