RBS pourrait s'orienter vers une cession de Williams & Glyn

le
0
RBS POURRAIT RENONCER À METTRE WILLIAMS & GLYN EN BOURSE
RBS POURRAIT RENONCER À METTRE WILLIAMS & GLYN EN BOURSE

LONDRES (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS) pourrait abandonner son projet d'introduction en Bourse de son réseau d'agences Williams & Glyn après avoir attiré des acheteurs potentiels souhaitant participer au redressement du secteur bancaire britannique.

La banque, encore détenue à 73% par l'Etat, a ainsi annoncé envisager une vente pure et simple de son réseau de 300 agences, pour lequel elle est toujours en attente d'une obtention de licence bancaire des autorités britanniques.

Le réseau bancaire, qui fonctionnait jusqu'à présent avec la licence de RBS, pourrait être valorisée entre 1,5 milliard et deux milliards de livres (2,1-2,75 milliards d'euros), selon des estimations de banquiers.

Le lancement d'un processus formel de cession de Williams & Glyn fera suite à de nombreuses manifestations d'intérêt en provenance de l'étranger pour ces banques de taille moyenne qui viennent concurrencer les "Big Four", dont le rachat en mars de TSB par l'espagnol Sabadell.

RBS n'a pas cité les acheteurs potentiels mais ils pourraient inclure la banque espagnole Santander, qui possède déjà un des plus grands réseaux de détail au Royaume-Uni et a été sur le point de racheter les réseaux de RBS il y a trois ans, et Virgin Money, soutenue par le milliardaire Richard Branson et introduite en Bourse il y a un an.

Santander and Virgin Money ont refusé de dire s'ils avaient contacté RBS mais aucun des deux n'a exclu être intéressé.

Un porte-parole de Santander a fait savoir que la banque continuerait "à analyser les opportunités" qui se présenteront sur ses dix marchés principaux, qui incluent le Royaume-Uni.

Un porte-parole de Virgin Money a déclaré: "Nous avons toujours dit que nous étudierons les opportunités d'acquisitions qui complèteront bien nos activités et qui se présentent avec un profil de risque adapté et un prix raisonnable."

Des sources bancaires et des analystes ont également cité Clydesdale, la banque de détail britannique en voie de scission avec sa maison mère Australia Bank, et l'autre banque espagnole BBVA. BBVA a refusé de commenter et Clydesdale n'a pas répondu aux demandes de commentaire.

La banque Sabadell a dit qu'elle n'avait pas contacté RBS et n'était pas intéressée à participer au processus de vente.

La Commission européenne a ordonné à RBS de se séparer de Williams & Glyn en échange de son feu vert à la recapitalisation de la banque britannique pendant la crise financière. RBS avait reçu au total 46 milliards de livres d'argent public.

RBS s'est engagé à se séparer de Williams & Glyn d'ici la fin de l'année 2017.

En septembre, la banque avait dit viser une mise sur le marché au second semestre 2016.

A la fin du troisième trimestre 2015, Williams & Glyn comptait 1,8 million de clients, des prêts et avances de 20 milliards de livres et des dépôts de 24 milliards.

En 2013, RBS avait levé 600 millions de livres auprès d'un consortium d'investisseurs emmenés par les fonds Corsair Capital et Centerbridge Partners en échange d'une part de 49% dans Williams & Glyn censé leur revenir au moment de l'introduction en Bourse de la banque.

(Sinead Cruise, Benoit Van Overstraeten et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant