Ravier (FN) : «L'exclusion de Jean-Marie Le Pen n'est pas envisageable »

le , mis à jour à 22:41
0
Ravier (FN) : «L'exclusion de Jean-Marie Le Pen n'est pas envisageable »
Ravier (FN) : «L'exclusion de Jean-Marie Le Pen n'est pas envisageable »

Le sénateur-maire FN du VIIe secteur de Marseille (Bouches-du-Rhône), Stéphane Ravier, était l'invité de «Tous politiques», l'émission de France Inter, France 3 et du «Parisien» - «Aujourd'hui en France», ce dimanche. Voici ses principales déclarations.

Jean-Marie Le Pen. «Bébé Jean-Marie », comme il se présente, Stéphane Ravier n’a que peu goûté sa « sortie rivarolienne », comme il désigne l’interview de Jean-Marie Le Pen à l’hebdomadaire d’extrême droite « Rivarol » qui a mis le feu au parti. Il tacle toutefois la jeune garde frontiste, pressée d’enterrer le vieux leader, sorti ce dimanche de l’hôpital. «Il a installé le mouvement à une époque où ceux qui réclament son scalp étaient en couches-culottes», rappelle Ravier, qui insiste : «Les jeunes pousses qui dans les bureaux du siège militent à coups de tweets ne doivent pas oublier que s'ils sont là c'est grâce au courage extraordinaire de cet homme.» Et de prévenir : «L’exclusion de Jean-Marie Le Pen n’est pas envisageable, mais il faut qu’il comprenne qu’il ne peut plus agir de cette manière parce que ça met le Front national en danger.»

L’immigration. «Malgré les apparences, j’ai un coeur », assure le frontiste, à l’évocation du nouveau naufrage d’un bateau de migrants en Méditerranée. Mais, enchaîne-t-il, il n’est pas possible « d’accueillir ces gens ». Il faut, selon lui, « organiser leur retour» et «tendre vers l’immigration zéro», parce que «ce n’est pas une chance pour la France, mais un coût et un poids insupportable». «Il faut les décourager de venir», insiste-t-il. «Et leur faire savoir que s'il mettent un pied sur notre sol, qu'ils n'obtiendront plus rien.»

Les élections régionales. Ravier verrait bien Marine Le Pen conduire la liste FN en Nord-Pas-de-Calais-Picardie : « Cette région lui tend les bras. Une victoire à deux ans de la présidentielle serait un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant