Raul Meireles : "En ce moment, je ne supporte pas les pantalons larges"

le
0
Raul Meireles : "En ce moment, je ne supporte pas les pantalons larges"
Raul Meireles : "En ce moment, je ne supporte pas les pantalons larges"

Aujourd'hui à Istanbul après une longue période anglaise, la fashion victim du foot mondial, Raul Meireles, se dévoile, conseille le costume noir pour un entretien d'embauche, cause maman et tatouages, ainsi que de ses frissons à Anfield. Un beau tour du propriétaire.

Que représente la mode à tes yeux ? C'est quelque chose que j'aime (il sourit), à laquelle j'attache beaucoup d'importance. Pas pour le regard des gens. J'aime les vêtements et j'essaye de m'habiller à mon goût, que cela plaise ou non aux autres. Ce qui compte, c'est me sentir bien quand je me regarde dans le miroir. Et aujourd'hui, c'est le cas.
Depuis quand tu es passionné par la mode, les fringues ? Depuis toujours, je crois J'ai toujours fait preuve d'extravagance et d'imagination, avec mes fringues, mes cheveux ou mes tatouages. J'aime mes choses à moi J'aime la différence. Je ne veux pas être monsieur tout le monde. En revanche, ne me demande pas pourquoi, c'est juste que je suis comme ça (rires).
Tu n'as donc aucune autre source d'inspiration que toi-même ? Non, non, pas vraiment. En tout cas, je n'ai pas de modèle précis. Après, je suis quand même les différentes modes, car les couleurs importantes varient d'une année à l'autre et je m'y adapte. La mode est constamment en mouvement et même si je cultive une certaine différence, ça ne m'empêche pas d'aimer des choses à la mode. Si en me baladant dans la rue, je croise un gars qui porte un vêtement qui me plaît, je vais essayer de me le procurer, même si, au final, je le porterai différemment.
Quels sont tes goûts du moment ? En ce moment, je ne supporte pas les pantalons larges (il sourit). L'idée d'en porter ne me passe même pas par la tête quand je choisis mes vêtements. Je suis plutôt tourné vers les "skinny jeans". Qui sait quel sera mon style demain ? Je me laisse porter par le courant.
Il y a une logique dans le style Meireles ? Oui, surtout au niveau des couleurs. J'essaye de faire en sorte qu'il y ait une certaine cohérence avec mes yeux. À l'inverse, j'essaye de toujours mettre un peu de noir, car c'est une couleur que j'aime beaucoup pour sa faculté à "s'adapter" aux autres coloris.
"Tu n'imagines pas comme le temps passe vite quand tu changes trois ou quatre fois de pantalon, de T-shirt et de veste."






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant