Raul Castro est arrivé en grande pompe à l'Elysée

le , mis à jour à 17:37
1
Raul Castro est arrivé en grande pompe à l'Elysée
Raul Castro est arrivé en grande pompe à l'Elysée

Une première. Raul Castro a débuté lundi sur les Champs-Elysées la première visite officielle d'un chef d'Etat cubain en France depuis l'indépendance du pays. En 1995, son frère aîné Fidel était venu en visite privée, à l'invitation de Danièle Mitterrand et orchestrée par l'ONU et non la France, même si François Mitterrand l'avait reçu avec tous les honneurs. Vingt-et-un ans plus tard, c'est le frère de Fidel, Raul Castro, qui a, lui, droit au plus haut niveau protocolaire pour un déplacement de chef d'Etat. Ce qui, aujourd'hui, consacre une normalisation des relations de La Havane avec l'Europe, après la reprise avec les Etats-Unis.

Accueilli par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le président cubain, arrivé samedi à Paris d'abord en visite privée, a eu droit aux honneurs militaires prévus pour les visites d'Etat, Raul Castro a ensuite descendu en voiture les Champs-Elysées, pavoisés aux couleurs des deux pays. A l'exception de petits groupes de partisans du régime, très peu de personnes étaient présentes sur la célèbre avenue parisienne, dont les accès étaient bouclés par les forces de l'ordre.

Le dirigeant cubain est arrivé dans l'après-midi à l'Elysée pour un entretien avec le président François Hollande qui sera suivi de la signature d'une douzaine d'accords et d'une déclaration conjointe à la presse. La France, selon l'Elysée, entend s'affirmer à cette occasion comme le «premier partenaire» politique et économique européen de l'île des Caraïbes. Plusieurs grandes entreprises françaises ont investi à Cuba, à commencer par le groupe Pernod-Ricard qui y produit le rhum Havana Club, mais aussi Alcatel-Lucent dans les télécommunications et Total et Alstom dans l'énergie.

Mais avec un volume de quelque 180 millions d'euros annuels, les échanges commerciaux restent à un niveau très faible. Ils «ne sont pas encore à la hauteur de nos ambitions», a reconnu vendredi le ministre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 12 mois

    Il chausse du combien ?