RATP : l'inquiétant boom des accidents de bus

le
0
L'entreprise, qui défend ses conducteurs, est visée par plusieurs plaintes pour blessures involontaires.

Le 13 novembre dernier, Marie-Paule, 67 ans, est renversée par le bus 86, à l'angle des rues Saint-Sulpice et Bonaparte. Les médecins doivent l'amputer de la jambe gauche. «Ce soir là, après avoir dîné avec une amie, j'ai pris le 86 pour rentrer chez moi. Le conducteur roulait comme un fou, je suis descendue à Saint-Sulpice tellement j'avais peur. Je voulais prendre le bus suivant. Ensuite, c'est le black out total, raconte cette femme coquette, allongée sur son lit de l'hôpital européen Georges Pompidou. Quand je me suis réveillée, je me suis souvenue que je devais déjeuner avec une amie. Je me suis levée pour téléphoner et je suis tombée. C'est là qu'on m'a dit que j'avais été amputée et que j'étais ici depuis un mois». Marie-Paule décrit la douleur fantôme, celle qui atteint un membre qui n'existe plus, parle de la souffrance de devoir affronter son moig...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant