Rapt des lycéennes au Nigeria : Trierweiler mobilise depuis Kinshasa

le
1
Rapt des lycéennes au Nigeria : Trierweiler mobilise depuis Kinshasa
Rapt des lycéennes au Nigeria : Trierweiler mobilise depuis Kinshasa

«Plus de deux cents jeunes filles toujours retenues en otages par Boko Haram. Qui s'en préoccupe encore ?» enrageait Valérie Trierweiler, mardi dernier sur Twitter. La libération des plus de 200 lycéennes enlevées par Boko Haram il y a deux mois, l'ex-première dame en a fait son combat. Arrivée ce samedi à Kinshasa (RDC), elle a une nouvelle fois tapé du poing sur la table, appelant le monde à montrer sa «force» au groupe islamiste armé nigérian.

«On veut empêcher les filles d'étudier, on veut les réduire à l'état d'esclavage, les marier de force, s'en servir pour les violer, en faire des servantes», a tonné Valérie Trierweiler, déplorant «une régression totale». «Au-delà de ces jeunes filles, c'est tout un symbole, le symbole de la femme opprimée», a poursuivi l'ancienne compagne de François Hollande.

«Vers quel monde on va?»

«Si on ne montre pas notre force par rapport à leur force à eux, vers quel monde on va?» a encore lancé Valérie Trierweiler, avant de brandir avec une cinquantaine de jeunes Congolaises, des pancartes avec le message «Bring back our girls» («Ramenez nos filles», le slogan de soutien aux lycéennes) dans la résidence de l'ambassadeur de France.

Et toujours depuis la RDC , mobilisation et solidarité avec les jeunes filles nigérianes #BringBackOurGirls .2 mois pic.twitter.com/Rnc4qmXSgE? Valerie Trierweiler (@valtrier) June 14, 2014

L'ancienne compagne de François Hollande cosigne également avec une cinquantaine de personnalités une tribune publiée dans «Le Monde» et intitulée «Leur crime : être filles et aller à l'école». Un appel à «faire pression sur les responsables nigérians et aussi sur l'ONU qui, pour une fois, pourra prendre une initiative qui sorte de l'ordinaire et qu'elle fasse ce qu'il faut pour ramener ces filles dans leurs familles».

«Il fallait, il faudrait non seulement aider la police et l'armée du Nigeria à récupérer les filles, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 14 juin 2014 à 18:38

    elle essaye d'exister cette pouffi/asse