Rapport franco-allemand : Macron ne veut pas lancer de réforme du Smic

le
1
Rapport franco-allemand : Macron ne veut pas lancer de réforme du Smic
Rapport franco-allemand : Macron ne veut pas lancer de réforme du Smic

La France, menacée par un «manque d'audace», doit assouplir son marché du travail, surveiller la hausse des salaires et réduire ses dépenses, tandis que l'Allemagne, qui risque «le contentement excessif», doit investir, accueillir plus d'immigrés et encourager le travail des femmes, selon un rapport franco-allemand présenté jeudi à Paris. Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a aussitôt fait savoir qu'il n'entendait pas lancer de réformes sur le Smic ou le calendrier des négociations salariales. Par contre, il souhaite que le plan d'investissements du patron de la Commission européenne Jean-Claude Juncker soit plus ambitieux.

Les économistes Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein, chargés par les ministres de l'Economie français et allemand de donner des pistes de croissance pour les deux pays, demandent aussi un effort européen d'investissement plus significatif, dans ce texte très attendu. Ils jugent que là où la France est confrontée à des besoins de réformes «urgentes et précises», l'Allemagne doit cesser de «procrastiner» (remettre au lendemain, Ndlr) face à de «sérieux défis de long terme».

Si leurs recommandations étaient assez attendues, les deux auteurs insistent sur l'urgence de la situation: «Nous approchons un tournant. Les dangers économiques, sociaux et politiques auxquels l'Europe est confrontée nous mettent tous en danger. La division serait un mal pour tous. Paris et Berlin ont une responsabilité commune pour l'empêcher d'advenir.»

Assouplir le marché du travail en France. Les deux économistes jugent que la France doit donner aux entreprises la possibilité d'aménager plus facilement le temps de travail, comme le révélait à grands traits le magazine allemand «Der Spiegel» lundi. Paris doit aussi encourager l'embauche à durée indéterminée en rendant les coûts et délais des licenciements «plus prévisibles». «Il est plus important de parler des caractéristiques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gache1 le jeudi 27 nov 2014 à 17:41

    Vas-y Manu, donne leur une bonne leçon d'économie à ces Allemands et rentre vite dans Paris VIIIème.