Rapport Berger-Lefebvre: l'AFG veut aller plus loin

le
1
(NEWSManagers.com) - Soulignant l'urgence d'une action résolue pour " renforcer la mobilisation de l'épargne au service du financement de la croissance et de l'emploi" , l' AFG s'est réjouie dans un communiqué, jeudi 4 avril, des conclusions du rapport Berger-Lefebvre dans ce sens qu'il affirme la nécessité de " dynamiser l'épargne financière des ménages pour le financement de l'investissement et de la compétitivité en favorisant une meilleure allocation de l'épargne des Français" .

Pour autant, l'association a rappelé qu'elle avait fait des propositions concrètes en faveur de l'épargne utile dès... 2012. A ce titre, l'organisme a rappelé que celles de ses propositions qui n'ont pas été reprises à ce stade pourraient faire l'objet d'un examen attentif dans le cadre de la mise en oeuvre du rapport. " Et ce, d'autant qu'elles sont cohérentes avec l'ensemble" , a-t-il relevé.

" Dans le détail" , a précisé l' AFG, " quatre axes devraient être privilégiés qui permettrait de" :

- Faire bénéficier l'épargne longue et en actions de " la clause de l'épargne la plus favorisée" . Dans ce cadre, l' AFG est favorable notamment à un relèvement du plafond du PEA et à la création de fonds communs d'investissement productif de long terme.

- Soutenir le financement des PME-ETI avec, outre la mise en place d'un PEA-PME préconisé dans le rapport, le maintien d'une incitation fiscale à l'entrée, " contrepartie du risque pris et du blocage de l'épargne sur la durée" , pour le capital investissement permettant le financement par les ménages des entreprises de croissance innovantes, et/ou régionales.

- Développer l'épargne retraite, via un élargissement du Perp et la fixation à nouveau à 8% du taux du forfait social appliqué notamment aux versements sur les Perco et les articles 83.

- Renforcer le caractère social de l'épargne salariale dont le développement au cours doit encore être renforcée, aux salariés des PME/ETI.

Enfin, outre ses propositions, l' AFG est revenue sur les dangers de la Taxe Européenne sur les Transactions Financières limitée à 11 pays. " Si elle était maintenue en l'état" , a-t-elle prévenu, " elle remettrait en question l'existence même de l'industrie française de la gestion et donc son rôle essentiel de mobilisation de l'épargne nationale et internationale au service du financement de l'économie..."
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hriey le mercredi 10 avr 2013 à 17:56

    Première mesure pour relancer l'épargne : Faire en sorte que les réductions d'impôts ne soient plus confisquées par les intermédiaires financiers, notamment en assurance-vie et dans le non-coté.